«

»

Le baby blues n’est pas un genre musical pour enfants

Aaaaah, le baby blues!

On en a toutes entendu parler de ce baby blues, on nous avait prévenu qu’à nous aussi, ça arriverait, que c’est la vie mon ptit Bibi, toussa toussa…

Mais moi, j’suis une warrior au moral d’acier, presque toujours de bonne humeur, prête à rire, sujette à la dérision et surtout à l’auto-dérision… Moi, pleurer alors que j’ai un magnifique bébé dans les bras, ..pffff…Jamais!!!!

Il est vrai que même mes hormones avaient tenté de me souffler, à plusieurs reprises, un « toi ma grosse t’y échapperas pas. « Elles m’ont envoyé des signaux sous forme de larmichettes au moment le plus innoportun, genre devant « Top chef » ou « Pékin Express« .

Ouais, la honte. Mais c’était pas pareil, y’avait une raison, ils épluchaient des oignons, mes chouchoux se faisaient laminer la tronche au jeu d’immunité…de vraies bonnes excuses quoi… Et puis, j’ai accouché. Mis à part la fatigue, les amis et la famille qui viennent te voir mais qui discutent entre eux, l’impossibilité de me lever pour cause de broderie césariennesque, je tenais le coup.

Une warrior j’te dis! Même, je pétais des paillettes la forme et je voulais montrer à toutes les nanas en rose qui venaient m’ausculter, me tripatouiller…que j’étais cap de rentrer chez moi, et viiiiiiiiiiiite!

Mais…mais les hormones, ces petites vicieuses, pernicieuses, fouineuses…m’ont retrouvée.

ça a commencé le vendredi soir à 20 heures, quand mes parents ont dit, devant mon plateau froid (j’vais pas manger devant des gens qui ont le ventre vide, quand même) « on va manger au restau, N’am et Niafette, vous venez? » …

Niaf et moi, on s’est retrouvés seuls à pleurnicher. Ooooooooh, c’est ça le baby blues? Un peu de câlins, de lecture, de télé, et hop, la bonne humeur est retrouvée… Ah, nan, y’a pire???

Baby blues, le pire: Le samedi, 19 heures. Enfin tranquilles. Niafette chez les grands parents pour que N’Am puisse passer la soirée avec moi, chouette! N’Am va se chercher un Macdo vite fait, et Niaf part tout seul comme un grand pour sa première prise de sang (je ne peux toujours pas vraiment me lever). En attendant mes deux hommes, je décide d’allumer la télé.

Ce soir, y’a Pékin Express qui recommence! Euh…pourquoi la télé ne fonctionne pas???? (le lire sur un ton chevrotant pour se rapprocher de la réalité)… le chant du baby blues se lance.

N’Am arrive: Ah, bah oui, maintenant que tu le dis…comme t’es arrivée lundi…euh, bah…en fait…j’ai oublié de rallonger l’abonnement… le chant du baby blues se fait plus fort.

baby blues

 On est samedi, je n’aurais plus la télé avant lundi, jour de mon départ…je fonds en larmes. N’Am est dans ses petits souliers et tente de me calmer. Le chant du baby blues est définitivement engagé.

 A ce moment, celui qui va pouvoir sécher mes larmes arrive, mon ptit Niaf…la main complètement enrubannée…La puéricultrice n’a rien eu le temps de m’expliquer que les larmes roulaient, que ma poitrine se gonflait de sanglots…et que je ne pouvais plus m’arrêter!!! Ce baby blues ne s’arrêtera jamais! Grande et sage décision: vite, des photos, bientôt, c’est sûr, on en rigolera!!!!

baby blues maternité

baby blues maman

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>