«

»

De vous à moi… et mea culpa.

Quand je vous écris ici, je m’imagine dans mon salon avec des copines. Comme si on se prenait un thé (vert et sans sucre pour toi, à la vanille avec deux morceaux de sucre pour toi.) et qu’on bavardait. Les sujets sont différents, ils peuvent parler des enfants, de mes grosses hontes, des trucs découverts et que j’aime, de mes voyages, ou de mes fiertés… la vie, quoi.

Le truc, c’est que fatalement, c’est plutôt un monologue, et c’est pour cela que j’aime lire vos commentaires, comme une réponse à ce que je raconte.

La plupart du temps, comme des copains, vous êtes bienveillants, enthousiastes, motivants. Vous me donnez le smile, vous me donnez des ailes, vous me faîtes rire, vous m’encouragez. Parfois, on est d’accord, parfois non. On peut en discuter, et j’apprécie cela, comme une vraie conversation.

Malheureusement, il y a aussi les messages qui me rappellent que non, je ne suis pas dans un salon avec les copains. Ces commentaires insultants, dépourvus de toute objectivité, de gens qui oublient qu’ils écrivent à une vraie personne et pas seulement à un écran d’ordinateur. Ceux-là, c’est souvent ceux qui marquent plus. Un commentaire négatif parmi 10 positifs peut faire basculer mon humeur. Pourtant, ces 7 dernières années,  j’ai appris à les zapper, à les occulter, à ne pas en faire fi. A en rire, souvent, aussi.

Et puis, il y a les commentaires qui révèlent un mal être. Comme si, par mes mots, j’avais blessé l’amie venue prendre son café à la maison. Depuis le canapé, on pourrait discuter, justifier les propos, mettre de l’eau dans le vin. Sur le blog, c’est plus compliqué. Les gens blessés se taisent, ou laissent un commentaire auquel il est difficile de répondre. Parce que si vous connaissez des bribes de ma vie, des passages choisis, moi, je ne sais pas grand chose de vous. Parfois même rien du tout. Alors comment remonter le moral ? Quel est votre caractère, votre état d’esprit ? Quelles sont les étapes marquantes de votre vie ? Dois-je vous secouer comme je le ferai avec une amie, vous consoler comme je le ferai avec une autre, trouver des idées, des solutions, sans savoir de quoi est fait votre quotidien ?

Pour éviter ce malaise, il faudrait que je lisse ma pensée. Que je choisisse les mots, que je relise les brouillons, que je les laisse poser avant de publier. Mais est-ce que ce serait spontané ? Assurément non. Est-ce ce que ce serait moi ? Absolument pas.

J’écris comme je suis. Je ne mâche pas mes mots, je lâche des gros mots. J’écris comme je vis.

Hier, j’ai écrit cet article. J’ai hésité sur l’emploi du mot « grosse », et puis je l’ai écrit. Parce que c’est exactement comme ça que je me sentais. Est-ce que j’aurais dû l’atténuer, le supprimer ? J’ai réfléchi, cette nuit, et ce matin, et cet après-midi. Et j’en suis venue à la conclusion que si j’avais été dans le canapé avec les copines, j’aurais utilisé ces termes. Les mêmes. La différence, c’est que les copines, elles, auraient su ce qu’il y avait derrière. Elles auraient compris le message de « il y a deux ans ». Parce qu’il y a deux ans, ce n’étais pas joyeux dans ma vie. Qu’il a fallu être fort, pour sourire à la vie. Il y a deux ans, jour pour jour, j’étais « cette fille derrière l’écran« .

Alors oui, je m’excuse auprès de celles qui ont été blessées par mes mots. Et oui, très vite, je vais revenir sur l’article d’hier, parce que ce que vous me dîtes en commentaire est important, et que je ne suis pas seule sur ce blog, vous êtes là, vous aussi.

Mais jamais, ce blog ne sera lisse. Je m’octroie le droit de la spontanéité. Je le prends comme un devoir, de rester honnête dans mes propos, de vous écouter, de revenir sur mes mots au besoin, mais de les exposer néanmoins, comme si j’allais vous resservir une tasse de thé.

Et je vous remets une photo prise en haut de la dune du Pilat… parce que voilà, cette nana, c’est moi…

EnregistrerEnregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

(20 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Isa

    Coucou,
    Je t’avoue ne pas avoir lu l’article dont tu parles mais vu passé le titre
    Lorsque je l’ai vu je me suis. .euhh 85 kg grosse faut ptete pas déconner , puis je me suis dit que toi tu devais te sentir grosse et finalement c’est ça le principal et c’est ce qui est ressorti de l’article.
    Nous les nanas nous avons tellement de mots pour d’écrire , nos fesses notre ventre nos petits défauts..
    Alors oui tu as eu raison d’écrire le mot grosse parce que ce mot fait parti de ton language et il fait partie intégrante de toi
    Ne change pas

  2. Sab

    Moi je te trouve geniale. Ce petit mea culpa est top. Je comprend les complexées ( dont je fais partie) qui ont pu être blessées par le titre de ton article mais quand on te lit régulièrement on sait que JAMAIS tu ne blesserais volontairement tes lecteurs. Moi je suis (ou dois je dire je me sens? 😉 ) grosse et déprimée en ce moment. Mais malgré tout je ne me suis pas sentie offusquée. Je reprendrais bien un thé sans sucre s’te plait. bises.

  3. Emilie

    J’adore et j’adhère !

  4. sab

    Je n’ai pas encore eux le temps de lire l’article d’hier mais non s’il te plait ne change pas, reste cette fille plein de vie et spontanée qu’on aime.
    que ça soit un blog, fb ou autre endroit ou on peut écrire ses humeurs etc… il est difficile de savoir comment les choses sont dites, ce que la personne ressent a ce moment ou elle écrit les mots et souvent il y a des incompréhension.
    Belle continuation à ton blog reste toi <3

  5. Babidji

    Ah ok je comprends mieux la suspension du poste … et moi aussi je me sentais grosse il y a 2 ans !!! Le truc est qu’on n’accule pas les autres … c’est un adjectif qui définit un sentiment perso a un moment donné … après je dis aussi souvent « que je suis conne ! » Et bizarrement les connes ne prennent pas la mouche Ok j’abuse (je comprendrai si tu supprimes mon com’)

  6. ROSALIE

    Je laisse pas souvent de commentaires mais là vraiment il faut que les gens arrêtent de tout prendre mal.
    Il existe des réseaux sociaux pour plus de communication. Mais on en arrive à ne plus pouvoir donner une opinion, parler d’un mal-être sans faire un scandale parce que « oh elle a dit grosse ! »
    J’ai pris 30 kilos pour ma 1ère grossesse. J’étais énorme. Moi qui avait l’habitude de bouger, j’avais mal aux articulations en m’agroupissant. Je n’avais plus le dynamisme d’avant. J’ai cherché à les perdre et pas pour être « mince » ou suivre les diktats des magazines, mais pour me retrouver. Aujourd’hui, c’est fait. Et c’est une victoire et un mieux-être que de m’être retrouvée dans mon corps et de pouvoir bouger avec les enfants.
    Ce n’est ni parler de « normal » ou de juger les autres donc il faut arrêter de crier au scandale au moindre adjectif « Facebookement incorrect ».

  7. Fred Une Souris Bleue

    Comme tu le dis ne change rien c’est comme ça qu’on t »aime !!! Il y aura toujours des gens mécontents ou blessés peu importe les termes que tu emploieras. Alors surtout reste cette copine par procuration pour nous si vivante, délirante et remplie de joie de vivre et d’amour que l’on connaît ❤ Moi je sais que tu parles de ton expérience et de ton ressenti mais que ce n’est en aucun cas un jugement Gros bisous et exit le gilet moutarde, bienvenue petite blouse promod

  8. GToch

    J’ai lu ton article **comme tous les autres depuis que je te suis** et rien ne m’a choqué.
    Je n’ai pas commenté car tout était dit. Tu te sentais mal, tu t’es prise en main et aujourd’hui tu es fière de toi ♡
    Les gens faut arrêter d’avoir peur des mots et de voir le mal partout !
    Reste comme tu es ♡♡♡

  9. Vlynette

    Je t’aime et je suis fière de toi <3 <3 <3

  10. Mellylovy

    Mais comment tu sais que je bois du thé à la vanille avec 2 sucres ?!?
    Je n’ai pas trouvé ton article choquant non plus mais c’est vrai que c’est dur d’écrire pour un public, il y a tellement de choses auxquelles il faut faire attention parfois ça en est stressant. J’espère que tu continueras à faire des articles spontanés parce que c’est comme ça que j’aime te lire

  11. Spidermaman

    Bah reste toi ! Les amies autour d’un thé (je préfère le café) s’aiment telles qu’elles sont <3

  12. Lise Les Carnets DLPM

    J’ai apprécié l’article d’hier parce qu’il retrace ton vécu, tes ressentis et que j’ai aimé te suivre dans ce cheminement personnel qui t’as amenée à te sentir mieux dans ta peau. Mais comment te dire que j’ADORE encore plus celui-ci!! Plein de sincérité, d’humilité et d’authenticité. L’image d’une après-midi où l’on papote avec des copines autour d’un thé sur le canapé, c’est précisément ce que je viens chercher en te lisant. Je commente de temps en temps (quand j’ai le temps où l’envie de réagir comme ce soir) et j’en profite pour te dire de garder ta spontanéité quitte à rectifier le tir ou faire quelques mises au point si besoin apres coup. Bises

  13. Fisset

    Pour ma part je n’ai pas non plus pris le temps de le lire mais j’y vais de ce pas.
    J’avoue que vous êtes plusieurs bloggeuses que je suis depuis un moment et je n’arrête pas de me dire que vous pourriez tellement être ces amies qui sont loin de moi en ce moment .
    La vérité c’est que ce que vous racontez les joies les peines les doutes les gosses la vie la séparation les fous rires les coups de gueule ben c’est moi et je m’y retrouve tellement alors s’il te plait NE CHANGE RIEN . Continues à nous faire sourire rire eclater de rire et dire que t’étais grosse et que t’étais mal si t’en as envie
    Et puis si certaines ne supportent pas ça qu’elles aillent voir ailleurs !
    Sur ce bisous de la Creuse . Merci pour tes billets d’humeur et je croise les doigts pour te croiser un jour !!toi et tes copines de salon !

  14. Anne

    Je me rappelle la fille qui avait écrit un mail à Ginie, lui disant qu’elle était grosse, et que, franchement, elles devrait maigrir parce qu’elle renvoyait une mauvais image aux autres (dans mes souvenirs, c’était à peu près ça;..) bref, du grand n’importe quoi!
    Alors laisse passer les commentaires critiques. Tu en auras toujours. C’est TON blog, tu donnes TON ressenti et c’est très bien comme ça. C’es TOI!

  15. Ma Breizh Family

    Si tu ne peux pas être toi ou dire ce que tu veux sur ton blog alors ou pourras tu le faire?! Tu as bien raison de garder ta spontanéité et c’est ce qui fait qu’on aime te lire et revenir.
    Le mot grosse ne m’a pas choqué, du moins pas l’utilisation que tu en a faites.
    Quand j’écris, parfois je réfléchis à comment reformuler une phrase pour qu’elle choque moins et puis finalement, bien souvent je la laisse telle qu’elle parce que c’est certainement comme ça que je l’aurais prononcé.
    Bisous de la Bretagne.
    Virginie

  16. Maman Pavlova

    Pourquoi avoir besoin de t’excuser ? Ici c’est ton espace, les gens viennent de leurs propres chef, tu ne peux rien faire si ce qu’il lise soulève une blessure … Bref, ce que j’aime lire moi c’est la spontaneité , les blogs lisse c’est pas mon truc

  17. MamanDe4

    Tu as raison, il faut rester naturelle, c’est ce qui fait l’authenticité d’un blog.

  18. Stéphanie

    Ne change pas, on est derrière notre écran et on se marre avec toi, on a la petite larme au coin de l’oeil avec toi, on aime que tu partages tes moment de folie, on aime ta « positive attitude » (terme repris même par des présidentiables, alors…).
    Je suis grosse, j’étais pas super bien et puis tu es arrivée dans ma vie et je me suis dit: ah oui mais en fait c’est possible!
    Alors je commence ma reprise en main, pas facile facile mais je m’accroche!
    Alors MERCI!
    Merci pour tout et surtout MERCI pour ta franchise et tes papotages de canapé!
    Plein de bisous positifs (ouais je fais ma guimauve…)!

  19. Tara B.

    Moi j’ai apprécié le billet en question, et ça ne m’a pas dérangée une seconde que tu écrives « grosse ». Parce que c’est là d’où tu viens et que tu as le droit de le dire comme toi tu l’as ressenti, et que c’est comme ça que tu es : cash et spontannée, sans méchanceté. Tu n’es pas une maigre de toujours qui dit aux autres qu’elles sont grosses avec dédain, et si grosse est le terme qui te va alors il me va, parce qu’ici c’est ton blog et ton histoire.
    Courage à celles que ça a blessé, il doit y avoir beaucoup de peine derrière parce qu’il est évident que tu ne cherchais pas à les atteindre avec ce mot.

  20. juste1maman

    J’ai de la chance, je ne connais pas ces mauvais commentaires, bon j’en n’ai pas beaucoup c’est aussi peut-être pour cela lol.
    Il faut dire ce que l’on ressent, faire un blog c’est se livrer. Malheureusement, je ne peux pas tout dire sur le mien pour ne blesser personne, ce qui me rend nerveuse car je passe mon temps à relire 20 fois mon article avant le le publier afin d’être sûre de ne pas avoir fait de bourde, mais ma liberté d’expression, elle est où à ce moment là ?
    Nous avons des vies tellement compliqués : femme, maman et blogueuse ! Le combo parfait pour péter un plomb 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>