Un enfant malade, c’est embêtant, inquiétant, angoissant. Une enfant malade imaginaire, c’est très agaçant, mais finalement amusant! 

enfant maladeLundi soir. Niafette tousse un peu. Il y a des bruits pas sympas à l’intérieur de sa cage thoracique. Avant le coucher, je déclare au n’Am que j’aviserai le lendemain matin.Niafette déboule après une nuit paisible, complètement schlouss. Elle a troooooooooooop mal à la gorge, ça va pas du tout du tout, elle est à l’agonie, quoi.

Et crotte. Légèrement inquiète, je lui descends la couette, l’oreiller, verse quelques gouttes de miel dans son chocolat chaud et l’installe devant son dvd préféré, tout en cherchant à joindre le docteur. Qui bien sûr, n’a pas de rendez-vous avant 4 jours, ce qui, immédiatement, me fait envisager que des champignons vont pousser dans la gorge de Niafette, tandis qu’une fièvre affreuse va la clouer au lit et nous mener tout droit aux urgences. Mon côté hypocondriaque excessif, peut-être.

Je me lance donc sans calculer les efforts dans une recherche de docteur, montant l’enchère à chaque appel: Elle est toute petite, elle ne va pas bien. Elle est minuscule et frêle, elle est vraiment au plus mal… J’en suis presque à négocier des schockobons si un médecin accepte de se déplacer, lorsque du coin de l’oeil, je remarque que la niafette, blablatant (à sens unique) avec son frangin, jubile. 

 

                   Tiens, on peut être à l’article de la mort et jubiler? L’énergie secrète de l’enfant malade, j’imagine. Je lui demande néanmoins de ne pas trop bisouiller son frère, histoire de ne pas lui refourguer ses microbes. Et rajoute que d’ailleurs, ce serait bien qu’elle dorme un peu, la pauvrette. Ah, voilà. Elle fait la moue. Une idée saugrenue me vient en tête. Hum. Et si cette petite me mythonnait légèrement? J’éteins la télé et lui conseille de fermer les yeux, vu sa maladie. 


Niafette ne jubile plus. A 8h50, après un énorme baillement, j’entends la  phrase qui tue: « Pffffff, je m’embête, tu peux m’emmener à l’école? »Il faut se rendre à l’évidence. La subite maladie de Niafette est en réalité une grosse flemmingite aigüe. Pas besoin de médecin, donc.

Mais tel est pris qui croyait prendre sa marâtre pour une dinde. Aaaaaaahh, on veut être une enfant malade? On va être une enfant malade : Tu n’es vraiment pas bien,ma pauvre petite chérie. C’est repos obligatoire. Sans poupées, sans coloriages, sans télé. Nan, t’as même pas le droit de jouer avec tes cheveux, ça va trop te fatiguer. Allez, si tu veux, tu peux regarder le plafond.

C’est qui qui jubile maintenant? 

Il est 11heures quand l’enfant malade craque et avoue tout. Tu sais, en vrai de vrai, je suis pas troooop trop malade…Mais aussi, la dernière fois que j’étais malade, on avait bien rigolé, tu te rappelles?

Donc, en gros, c’est de ma faute. Être aux petits soins pour une enfant malade la rend mythomane. Ma dévotion fait sombrer Niafette dans la délinquance.

Elle a donc regardé le plafond toute la journée. M’est avis qu’elle ne jouera plus le rôle du malade imaginaire! 

 

 

 

 

 

13 thoughts on “L’enfant malade imaginaire.”

  1. Zouzou la Fritas, tu es troooooooooooooooooooop forte !!!!!!!!!!!!!!!! École buissonnière à 4 ans, faut le faire Mais bon, c’est pas bien quand même

  2. loool
    Enfin je ne devrais pas rire mais bon ^^
    Vils manipulateurs les gosses… rah dire que j’ai été comme ça 😡
    Bon c’était pas parce que je ne voulais pas à l’école, c’était plus parce que je voulais me faire remarquer et qu’on s’occupe de moi.

  3. Je sais pas pourquoi, mais je sens bien la notre nous faire ce coup-là aussi !!!
    Je prends bonne note
    En ce moment elle a « cré cré cré cré mal bocoup au ………………… bout du doigt » = ÇA PROMET !!!!

    1. Niafette s’est promené avec une lingette sur le genou pendant 2 heures…il y avait une goutellette de sang qui avait perlé, tu vois?!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :