Moi, je n’ai pas changé d’adresse, figure toi. (ne me remercie pas pour la chanson qui va te rester en tête jusqu’au prochain refrain pourrave qui passera, à savoir, très certainement, au bal du 14 juillet. Y’a même pas 10 jours à tenir, finalement…)

Depuis hier soir , c’est officiel, ce sont les VACANCES.

Le soulagement pour certains, la crispation pour d’autres…

Car, à moins de les coller en colo dès demain matin, normalement, on va les avoir un peu plus dans les pattes, nos bibounets d’amour à gueule d’ange. (je parle bien évidemment des parents qui, comme moi, ont la chance d’avoir les deux mois d’été pour profiter pleinement de leur progéniture.)

Honnêtement, je suis partagée…entre mère gaga et mère indigne, mon coeur balance. (j’ai le cul entre deux chaises, quoi.)

– Ah enfin, les vacances, on va pouvoir dormir plus longtemps… Ces dernières semaines, le Niaf hurlait systématiquement quand je le sacquais (ce qui signifie: « encore dodo »), quant à Niafette, elle imitait dangereusement  l’adolescente rebelle, grognant et maugréant en récupérant la couette pour se la coller sur la tête.

Oui, mais…tu connais bien sûr la théorie du « impossible à lever la semaine mais levés avant l’aube le mercredi et le week end » (thèse complète à lire ici)…bah c’est pareil pendant les vacances. Pire, même, lorsqu’il fait chaud.

Non, je n’ai pas envie d’aller me promener au parc. Pourquoi? Parce qu’il est 4 heures du mat, et que la nuit, tous les cygnes sont gris. Oui.

– Ah, enfin, les vacances, on va pouvoir profiter du jardin, et…oups. Hier, on s’est pris une averse de dingues sur le coin de la trogne. Pile poil à 16h30…même qu’on a fait du rab dans la classe de la maîtresse, en attendant le retour du soleil (et en bouffant une brochette de bonbons, il en restait, faut pas gâcher.) Au bout, d’un moment, vers 17 heures, on en a eu marre d’attendre. Et là, en regardant le ciel, je me dis qu’heureusement qu’on est partis…parce qu’il y a fort à parier que les femmes de ménage nous auraient retrouvés séchés sur place le jour de la rentrée…

– Aaaaaah, enfin, les vacances, on va pouvoir jouer tous ensemble, complices, heureux. Par contre, lâche les cheveux de ta soeur. Niafette, n’étouffe pas ton frère de bisous, il n’aime pas ça (et va donc te mettre une beigne). Niaf, lâche les cheveux de ta soeur, Ok,mais pas le guidon de ta draisienne, sinon, tu risques de…bon, c’est pas grave, on va jouer tous ensemble chacun dans sa chambre, c’est bien aussi, non?

– Ah, enfin, les vacances, on va avoir du temps…oui, bon, ok. Du temps pour faire à manger, le ménage, des lessives. Et ne rentre pas dans la maison avec tes pieds plein d’orteils diguoulasses, steuplait.Bon, bah je recommence. Après tout, passer la serpillère, c’est une activité comme une autre.

– Ah, enfin, les vacances…C’est relâche, on va se coucher un peu plus tard…Hein, quoi??? Euh, nan, ça ne va pas être possible. Parce que couchés à 20 heures, et lever à 5h30, c’est chiant, mais on prend un rythme. Alors que couchés à 23heures, et levés à 5h30 quand même… je vais perdre le reste de mes neurones.

– Ah, enfin, les vacances se terminent…Vivement la rentrée des classes, que je me repose un peu!

Rendez-vous sur Hellocoton !

15 thoughts on “Est-ce que tu viens pour les vacances?”

  1. Ok, je vois, tu l’as fait exprès c’est ça ? Bien sûr que je l’ai maintenant la chanson dans la tête ! Bon allez, je ne suis pas rancunière et je souhaite de belles vacances quand même ! 😉

    1. Moi, oui, mais les enfants, nan…là, tu vois, Niafette est normalement en train de dormir. Euh…bon, en vrai, elle regarde le feu d’artifice (mouillé) par la fenêtre, en ricanant avec son père… 🙂 Demain, elle sera donc crevée, et enervée!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *