Et puis Colette. { roman graphique }

Et puis Colette, c’est tout d’abord un roman graphique à avoir dans sa bibliothèque parce qu’il est beau, comme les plus jolis albums d’enfant.

C’est important, un beau livre. Quand je l’ai tenu dans mes mains pour la première fois, j’ai eu envie de le caresser, de le renifler, de le regarder encore.

J’ai envie de lui laisser une place à part, sur le devant d’une étagère. Parce qu’une couverture de livre remplie de livres, c’est doux.

Dès la première de couverture, j’ai donc été séduite par ce roman graphique.

J’aime la police d’écriture de Mathou, ses personnages, le graphisme qui paraît simple mais qui est tellement réfléchi. Les rayures du chat parallèles aux tranches de livres et perpendiculaires à la marinière. Je suis toujours émue par la douceur des dessins, par l’émotion qui s’en dégage.

et puis colette- roman graphique

Et puis Colette, l’histoire.

Après de longues minutes de contemplation, j’ ai débuté la lecture. Je voulais le savourer ce livre, prendre le temps de le découvrir petit à petit. Mais je savais qu’avec un récit signé Sophie Henrionnet, ça allait être compliqué. Que vite, je l’aurai dévoré plutôt que de le laisser fondre sous la langue, ce shockobon littéraire.

J’ai plongé dans l’histoire de Colette, Anouk et Zoé.

Anouk est une rêveuse. Elle s’ennuie dans la grande bibliothèque où elle travaille, espère le mieux, voudrait le meilleur.

Jusqu’au coup de fil. Et puis Colette. Colette, 7 ans, orpheline, qui attend de la soeur de sa maman de pouvoir continuer à vivre presque comme avant.

Et puis Colette la mature, avec son regard pragmatique sur la vie. Contre Anouk qui ne sait pas, qui pense ne pas pouvoir.

C’est l’histoire d’un apprentissage commun, d’une main tendue vers une main qui se défile, mais qui attrape pourtant. Sans lâcher.

Une histoire de coeur. Et puis Colette, c’est un choix de vie, des décisions, des émotions.

et puis colette roman graphique

Et puis Colette, les coulisses.

L’écriture d’ Et puis Colette, c’est surtout deux talents qui s’expriment habituellement de façon individuelle. Deux talents qui, comme le renard et le petit prince, se sont apprivoisés. Pour mieux sublimer ce roman graphique.

C’est la rencontre littéraire de Mathou et de Sophie Henrionnet.

La somme de cette opération, c’est l’émotion. Les mots de Sophie rendus encore plus doux par les dessins de Mathou. Les dessins de Mathou rendus encore plus vivants par le récit de Sophie.

Et puis Colette, c’est le coeur qui se serre, l’espoir qui monte, la boule dans la gorge, la larme qui s’écrase sur la dernière page.

Je souhaite une belle et longue vie à ce roman graphique.

La belle et longue vie qu’il mérite.

Le livre est en vente ici.

Mes autres chroniques sur les histoires incroyables de Sophie Henrionnet, ici et . Des genres totalement différents, parce que Sophie est une magicienne qui réussit à passer de la littérature fantastique au drame d’un livre à l’autre.

Quant à moi, je reste encore un peu dans l’histoire d’ Et puis Colette.

et puis colette roman graphique

 

1 Commentaire

  • Vlynette 8 octobre 2018 à 9 h 10 min

    Tu donnes vraiment envie !!! Et tu n’es pas la seule, je n’ai lu que des critiques élogieuses à propos de ce qui semble être un petit bijou.

    Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :