Ce matin, alors que j’attendais dans la voiture pour avoir la réponse à un début d’histoire entendu à la radio (à savoir, un australien avait-il découvert en ouvrant son paquet de céréales un python mortel ou un bébé crocodile ?) (les enfants avaient entendu le début et comptaient sur moi pour que je leur livre la chute à 16h30), j’ai checké mon instagram. J’étais mentionnée dans un post.

En ce moment, on m’invite à 27 jeux concours par jour, dont les lots ne m’intéressent pas, mais j’ai regardé quand même, au cas où. J’ai bien fait.

C’était une déclaration de mon mec. (oui, il est aussi mon mari, accessoirement, mais il préfère quand je dis « mon mec ». Va comprendre, Charles. Peut-être parce que ça rend plus nous. Plus foufou.)

Bref, j’avais une déclaration, et comme j’ai souri, pleuré, ri, pleuré encore, niqué mon maquillage et ri de niquer mon maquillage, la voici :

« Elle est belle, pétillante, respire la joie de vivre. Elle, je l’ai rencontrée par le virtuel. D’échanges de messages, de photos loufoques, en discussions téléphoniques sans fin, nous avons fini par nous voir en vrai. La première fois que nos regards se sont croisés je savais que nous irions loin ensemble. Avec elle, on joue, on rigole, on se fait des blagues, des câlins et on partage nos tristesses par la dérision.
Il y a 10 ans je ne croyais plus en l’amour mais je kiffais la vie, mais sans envie d’une vie à 2. Aujourd’hui, elle me donne du bonheur, la sérénité et un amour impensable. Elle est mon soleil.
Elle est toujours d’accord pour rompre le quotidien et rendre notre vie à 2 ou notre vie de famille complètement folle.
Avec elle, on voulait chacun une vie chez soi. Elle a emménagé avec moi en moins de 2 jours. Pour nous, le mariage n’était pas du tout envisageable, elle est devenue ma femme par une décision commune sur le parking de notre notaire. Elle était instit’ et à tout plaqué pour faire ce qu’elle aime : écrire. Elle a mille idées par jour et tout ce qu’elle entreprend cartonne. Elle me suit dans tous mes délires et elle n’a pas hésité à toute plaquer pour déménager et se construire une nouvelle vie à 600 bornes de la famille et des copains.
Elle et moi, on se renouvelle sans cesse et on fonce tête baissée dans nos projets mais en prenant le recul sur nos décisions.
Elle est juste formidable et je l’aime toujours plus. » 

Ma déclaration… (oui France Gall, la MIENNE.)

Il faut du temps, des efforts, des concessions pour qu’un couple soit heureux. Je ne vais pas vous dire que tous les jours, on s’envoie des fleurs et qu’on ressemble à Charles et Caroline Ingalls, ce serait mentir (les chemises de bûcheron ne lui vont pas, à mon n’am.)

Mais oui, cet amour là, il est beau, doux, fou, tendre, passionné, rempli de joies et de bonheurs.

Et ma déclaration, je la garde ici, bien au chaud, pour pouvoir la relire parce que si c’est moi qui gagne ma vie en écrivant, c’est lui qui a touché mon coeur en plein coeur en écrivant ce matin.

Je t’aime mon n’am.

PS : C’était un bébé crocodile, dans la boite de céréales.

16 thoughts on “La déclaration.”

  1. Au réveil, j’ouvre mon Instagram et je tombe sur ta déclaration!
    Elle m’a mis le sourire et m’a donné de l’espoir… A moi, la désillusionnée de l’amour et l’éternelle solitaire!
    Alors merci et longue vie à votre bel amour surtout <3

  2. Quelle chance d’avoir un homme qui le pense (…) et qui le dit (…). Je t’envie ! Beaucoup trop d’hommes ne savent pas mettre les mots sur leur amour et ne comprennent pas oh combien c’est important pour nous…

  3. Oh mais qu’il est trop chou cet homme-là ! Et oui tu as eu bien raison de lire cette notification ^-^
    Très belle déclaration monsieur !!!! Qu’il est beau cet amour-là ! Merci du partage !
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.