Les coquillettes venues d’ailleurs.

L’autre jour, j’ai commis ce texte. Une espèce d’énigme à la club des cinq, que j’adorais quand j’étais gamine.

Et le soir, ma copine Cassia a laissé entendre qu’elle aussi, elle aurait aimé participé à une enquête, dans un club sélect. Sa copine Marie nous faisant virtuellement à manger, on a pu avancer sur le mystère. Que je vais te servir en plat principal, après cette longue entrée. (si y’a toujours quelqu’un qui lit, en fait.)

Les coquillettes venues d’ailleurs.

C’est bientôt l’heure du dîner, et Aurore s’arrache les cheveux devant le frigo. Que va-t-elle pouvoir faire pour que Lina et Joachim aient au moins la décence de goûter avant de décréter qu’ils n’aiment pas et de réclamer leur dessert?

Elle pourrait tomber dans la facilité, enfourner des frites et les laisser manger avec les doigts. Hop. Elle gagnerait en temps, en nettoyage de carrelage, et en protection des cordes vocales, aussi.

Marre que chaque repas se déroule en guerre froide, jusqu’à l’explosion. Les menaces, les cris, les punitions… tout y passe.

Pourtant, Aurore est une femme de poigne. Dans une autre vie, elle dirigeait une équipe de 12 personnes, elle en imposait. Une nana qui en avait, disaient ses coéquipiers.

Dans une autre vie… avant qu’elle ne devienne mère au foyer.

Dans sa vie d’avant, elle donnait des ordres, qui étaient exécutés dans le quart d’heure, pour ne pas en passer un sale (de quart d’heure).

Aujourd’hui, elle chuchote, demande, supplie, menace, s’égosille. Rien n’y fait. Lina et Joachim sont devenus ses patrons.

Ils lui font faire, sans rien avoir à demander, la vaisselle, le ménage, le repassage, les courses. Elle est leur chauffeur, leur infirmière, leur secrétaire, leur enseignante, leur éducatrice. Pendant qu’eux, ils font ce qu’ils veulent.

Mais pour ce repas, elle a décidé que ça ne se passerait pas comme ça. Qu’elle serait forte.

Elle a choisi de faire des brocolis. C’est vrai, rien que le mot est laid. Mais elle ne lâchera rien. Ils mangeront, un point c’est tout.

Sauf que comme d’habitude, ça ne se passe pas du tout comme elle l’a imaginé.

La grève du brocolis. La guerre du brocolis. L’envoi du brocolis dans sa tronche. Elle qui avait fait léger sur le goûter, et retarder l’heure du repas pour qu’ils aient bien faim… rien. Ils sont en pleine période de jeûne ou quoi? Ils ne tiendront pas.

N’en pouvant plus, elle décide de la faire à l’ancienne, comme sa grand-mère quand elle était petite.

Pas de brocolis? Tant pis. Au lit. Demain matin, ce sera petit dej aux brocolis. Demain midi, salade de brocolis. Et demain soir, purée de brocolis.

Lina et Joachim ne mouftent pas. Ah ah!

Elle se sent coupable, bien évidemment. La culpabilité, cette maladie qui s’insinue dans les veines à la place du sang en devenant maman. Mais elle ne peut plus revenir en arrière, question de principe.

Elle en est encore à se demander comment ses enfants font pour ne pas crever la dalle, quand, tout à coup, sur le carrelage, sous la table… elle découvre une coquillette.

coquillette

Une coquillette venue d’ailleurs, puisqu’il n’y en a pas dans ses placards. La clef du mystère? Mangent-ils des coquillettes en cachette? Et s’ils arrivent à importer illégalement des coquillettes sur son territoire, est-il possible qu’ils réussissent à ramener autre chose?

Elle décide de fouiller les chambres, sous les matelas, dans les tiroirs, pendant qu’ils regardent Disney Channel. Et tombe sur deux autres coquillettes.

C’en est trop. Il lui faut mener l’enquête, il en va de son autorité de mère.

{ Quelle sombre découverte Aurore va-t-telle faire? D’où viennent ces coquillettes venues d’ailleurs? Les gosses vont-ils manger les brocolis? }

C’est à vous d’inventer la suite, ici, en commentaire, ou sur votre blog, ou par mail (ou par courrier mais ce sera plus long.)

Et pour corser l’affaire, il faudra obligatoirement utiliser les mots: ficelle, jumelles, coccinelle, rebelle et balancelle.

Je referai un article pour vous donner la fin de mon histoire (qui n’est pas encore inventée, en fait) et vous livrer les vôtres!

Alors, prêts à jouer?

7 Commentaires

  • Maman louzoù 29 août 2013 à 9 h 14 min

    Sans déconner tu ne pourrais pas commencer par avoir moins de copines zarbies ?!?!?!
    Bon si j’ai le temps, j’invente une suite …

    Répondre
  • mamanbavarde 29 août 2013 à 9 h 17 min

    genre, des copines qui ne s’encrèmeraient pas la trogne dans les chiottes du boulot? 😉

    Répondre
  • Les idées de Lauréa 29 août 2013 à 9 h 35 min

    Je participe à coup sûr, j’adooooore :D. Vu que j’ai pas ton mail, je m’affiche et je mets mon petit bout d’histoire ici :

    Pendant que Joachim et Lina sont en pleine discution sur le canapé, Aurore se prépare pour sa mission « Coquilette qui es-tu, d’où viens-tu ». Elle se dirige vers sa chambre, tout en gardant un oeil sur ses enfants, il ne faudrait pas qu’ils s’aperçoivent de quelque chose, elle se met à farfouiller dans son placard à la recherche des vieilles jumelles de son ex-Mari Paul. Impossible de les trouver, pourtant elle en ai persuadé, c’est là, qu’il les avait laissé. Elles sont surement dans le grenier, pas le temps pour aujourd’hui, elle ira y faire un tour demain.
    Elle couche les enfants, fini deux, trois bricoles et file au lit. Elle a beau réfléchir, elle ne comprends pas d’où peuvent venir ces coquillettes. Elle arrive finalement à s’en dormir quelques heures plus tard.
    Elle fait déjeuner rapidement ces deux enfants, et les envoie dans le bus, direction l’école. Elle n’a pas le temps aujourd’hui pour les bisous, calins, il faut qu’elle comprenne à tout prix cette histoire de pâtes. Elle s’arme de sa plus belle tenue de mission, jogging et t-shirt large, et tire sur la ficelle pour monter dans le grenier. Elle se dirige vers l’ancienne malle de Paul, elle l’ouvre et découvre par miracle les jumelles, ça y est elle va pouvoir commencer.
    Lorsqu’elle va pour se rendre dans leur chambres, Aurore découvre une autre coquillette pas loin du canapé du salon, elle s’y précipite pour voir si il y en a pas d’autres. Et là, ses yeux se posent doucement sur la cabane du jardin, celle à côté de la balancelle. Et si, c’était leur cachette secrète ? Et si, c’était là que tout avait commencé ?
    Elle met ses pantoufles, et d’un pas décidé, elle s’avance vers la cabane au fond du jardin. Elle ouvre la porte, et une coccinelle, ayant peur pour sa vie, en profite pour se faufiler en dehors de la cabane maudite.
    Aurore, determiné à comprendre cette histoire, fouille de fond en comble la cabane, et découvre à sa plus grande tristesse, un énorme paquet de pâte, et s’en prévenir, elle se met à pleurer toutes les larmes de son corps, c’est alors qu’elle est prise d’un énorme fou rire, elle avait enfin compris tout le ridicule de cette histoire. Elle se décida de prendre le paquet de pâtes sous le coude et de l’emmener dans leur maison.
    « C’est décidé pour mes deux petits rebelles, ce soir, se sera gratin de pâtes » se dit Aurore.

    Voilà il y a surement des fautes et m’excuse d’avance :D.
    Merciiiii 🙂

    Répondre
  • Rachel 29 août 2013 à 10 h 32 min

    Dès le matin ça part en live !!!
    Non merci, moi je ne suis pas aussi douée pour m’essayer à ce genre d’exercice et tu fais ça si bien 😉

    Répondre
  • confidences de maman 29 août 2013 à 20 h 55 min

    Que dire ? euh ben tu t’amuses bien dis donc 😉

    Répondre
  • Vlynette 31 août 2013 à 23 h 36 min

    Le lendemain sur la balancelle, elle réfléchissficelle, jumelles, coccinelle, rebelle et balancelle.

    Répondre
  • Vlynette 31 août 2013 à 23 h 41 min

    Oscourrs ! Qu’est ce qui se passe avec les commentaires ? Ou avec mes gros doigts ? 😉
    Je recommence :
    Le lendemain sur la balancelle, elle réfléchissait en suivant le vol d’une coccinelle, avec ses jumelles (bravo moi, déjà 3 de placés !!!) quand arriva sa fille rebelle (et de 4 !!!). De sa poche dépassait une ficelle (et voilà le 5ème en moins de 5 lignes !!!!)
    Maintenant que je t’ai donné le tuyau pour faire un collier de nouilles, tu peux terminer 😉
    Tu ne crois tout de même pas qu’avec une fille qui écrit, qui écrit, qui écrit, j’allais faire un roman ? 😉 🙂
    A bientôt !

    Répondre

Pour dire des trucs:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :