«

»

Les dents de la mère (ou aller à la plage avec deux niafs)

 » On va à la mer? C’est quand qu’on va à la mer? C’est bientôt la mer? »


Tu es installée sur la  terrasse de ton mobile home, et tu sais que tu ne vas pas pouvoir y échapper longtemps. Les vacances à la mer, c’est fait pour aller à la mer. Tu as réussi à arguer qu’il fait encore trop chaud, qu’il y a encore trop de soleil, mais à un moment donné, pour ta paix et la joie de ta niafette (le niaf, lui, n’a pas encore calculé qu’on était à la mer), va falloir se mettre en route.

Tu n’as pas le temps de te rappeller de ce qu’il te fallait, avant, pour aller à la plage: le drap de bain, l’huile solaire, les lunettes noires (pour mater tes voisins de serviette) et un bon bouquin.

Nan, t’as pas le temps, parce que là, tout de suite, tu ne te prépares pas pour aller à la mer: tu es la mère qui va emmener ses enfants à la mer. Nuance.

Tu vas donc devoir charger ta remorque. Mais avant cela, en mère prévoyante, tu vas encrémer tes niafs (parce qu’après, le sable collerait partout).

Tu vas devoir penser à prendre: des serviettes pour tous, les chapeaux, les lunettes de soleil (que le niaf balancera direct), la bouée, les brassards, le bateau pneumatique, la tente anti UV, la couche de rechange, les lingettes, la gourde, le bib, un ptit ballon,le gonfleur,le seau, le rateau, la pelle, le tamis, le brumisateur,l’appareil photo et ton bouquin (faut bien s’offrir du rêve, parfois).

Après trois faux départs, la niafette a trèèèèès envie de faire pipi tout de suite, le niaf a régurgité son bib et faut le changer intégralement, t’as oublié les chaussures de plage…c’est parti mon kiki.

Tu déménages ton mobile home jusque sur le sable. Trop chaud selon niafette (ouais, mais t’as vu, là, je peux difficilement te porter.)

Et c’est l’installation. Gonfler les bouées, le bateau, installer les serviettes, déplier la tente. Enlever pour la première fois (d’une longue série) le sable de la bouche du niaf. Mettre tout le monde en maillot de bain. Te rendre compte que dans l’excitation (hum hum), t’as oublié de mettre le tien. Tant pis. Ne crois pas que tu auras le temps de faire des longueurs ou de te dorer la pilule de toute manière.

Cela fait donc une bonne heure que tu t’es lancé en mode « go to the beach ». Personne n’a encore vu l’eau. Là, l’excitation est à son comble. La prem’s fois que les niafs vont mettre les pieds dans la Méditerannée (qui est en réalité la mer Tyrrhénienne…oui, ça fait toute la différence).

Niafette fait sa blasée (normal, à 4 ans et demi, on pense avoir tout vu). Le niaf pousse de petits cris saugrenus. Hiiiiii hiiiiii hiiiiiiiiii ! Niafette se jette dans l’eau. Pour en ressortir en chialant. C’est salé. Et merde, t’as oublié de faire désaler la mer exprès pour Niafette avant de venir. Et en plus, y’a des vagues (pareil, la prochaine fois, tu penseras à appeler pour mettre sur off le système houle) Le niaf continue à pousser des cris. Mais il se la raconte un peu moins quand même. C’est fou dingue, toute cette eau qui vient caresser mes orteils…c’est ahouhfoufdsusddjjuuufffffffffmpppffff… une vague plus forte que les autres qui a failli emporter le niaf vers l’horizon.

Euh, bon, les gars, c’est bien sympa, la mer, mais ptêt qu’on va aller se sécher…ça fait quand même déjà au moins 6 minutes qu’on est là, faut pas trop forcer le premier jour!

Tu repars donc vers les serviettes. Niafette se met à vider la plage dans son seau, le seau sur la plage, la plage…ok. Le niaf, lui est confortablement installé dans le bateau pneumatique, sous la tente anti uv. ça lui plait moyen. Ce qu’il préfère, c’est arpenter la plage de long en large, telle une tortue des sables, afin d’aller piquer la tong de la nana qui elle, est en train de bouquiner. L’envie est grande de lui demander si là, tout de suite, elle ne ressent pas le besoin de vivre le concept « vis ma vie », les caméras en moins. Vu le regard qu’elle décoche au niaf, pas la peine de la questionner, la réponse ne sera pas celle que tu souhaites entendre.

D’autant que la méthode de marche du niaf, avec les mains mode pelleteuse (je jette le sable avec les mains, j’avance, je jette le sable, j’avance) n’a pas l’air de lui plaire outre mesure. Pauv’ meuf, tu verras, quand t’auras des gosses.

Niafette, qui entre dans sa phase maniaco dépressive de la vie, veut se doucher pour enlever le sable sous ses pieds. Puis après la douche, se rincer les pieds dans la mer, parce qu’il y a encore du sable. Et puis de retour sur la serviette, se rincer de nouveau les pieds.

Etant donné que le Niaf, lui a pris son dîner (sable, sable et ooooh, un mégot, miam miam) tu te dis que là, c’est le moment d’y aller. T’es vannée. Ton bouquin ensablé. Au moins il aura voyagé!

Allez, demain, tu tentes la piscine! (euh, et tu verras…c’est pas de tout repos non plus!)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>