Ma cabane au Canada, bien tapie au fond des Bois… depuis mon départ et même avant, j’avais en tête de la trouver.

Avec le homard, le caribou et la poutine, ma cabane au Canada, c’était une des missions que je m’étais auto-confiée. Dans l’avion qui nous menait vers le Canada, j’ai soûlé Noémie avec ça :

 » Allait-on dormir dans une cabane au Canada, bien tapie au fond des bois ? ».

Bossant chez Air Transat, elle ne savait pas. Mais pour le bien de sa crédibilité (et de ses tympans), ce serait bien que je dorme dans l’avion. Ok.

J’étais au taquet en découvrant la cabane du camping du Parc National du Koutchi quelque chose (n’essayez pas de le prononcer). Malheureusement, on devait poursuivre la route et nous n’avions pas pu y dormir.

cabane au canada camping nouveau brunswick

Quand tout à coup… la cabane au Canada !

Lorsque Bryan et son bus se sont arrêtés devant ces adorables petites bicoques en bois, à Alma, mon coeur a fait boum. Voilàààà ! On y était !

Et cerise sur le pet de soeur (oui, je suis couleur locale, le pet de nonne change de nom en passant les frontières), on avait chacun notre petit chalet. Ma cabane au Canada, enfin, je la découvrais.

ma cabane au canada

L’intérieur est un peu passé de mode mais ma foi très cosy. Dans la pièce principale, un grand lit et un canapé, une table et un fauteuil. Je m’imaginais déjà écrire un roman pendant la nuit dans cet environnement paisible. Ou bien rattraper le sommeil qui me faisait toujours défaut depuis le jet lag et les 24 heures sans dormir.

ma cabane au canada

cabane canada fundy

Ah, que j’allais être bien, dans ma cabane au Canada !

A peine le temps de poser nos valises que nous repartions pour une petite randonnée accessible à tous vers la cascade de Dickson. Au passage, un vrai moment de plaisir, un environnement de toute beauté en seulement une vingtaine de minutes de marche.

dickson fall fundy

Dans le bus, Mickael, aka Papa Cube et Philo de Globetrotting, ont attaqué un sujet que Michael  avait à coeur de partager avec quelqu’un : les zombies. On a évidemment chacun relaté nos quelques expériences en matière de film d’horreur, à savoir pas grand chose. A part quelques Stephen King, évidemment…

En parlant de Stephen King, Michael a voulu savoir ce qu’on pensait de la fin de Stand By Me. Rien, personne ne l’avait vu. ca lui a fait plaisir, il a pu nous spoiler le truc même si on n’avait pas trop envie de l’entendre.

Et puis, on a parlé d’autre chose, mangé, et même bu un verre dans une ancienne église.

C’est en revenant au fond des bois que je me suis rendue compte qu’il faisait noir. Que j’allais être seule. Et que la fin du film me tournait en boucle dans le cerveau.

C’est depuis le lit de ma cabane au fond des bois que je vous écris, ce 24 juin. J’ai le wifi au même niveau que le trouillomètre. J’ai pour toute compagnie un moustique qui veut me faire la peau. Ah, et la pluie qui tombe sur les feuilles des arbres à droite, à gauche, devant et derrière moi. J’ai tiré tous les rideaux, et j’hésite à appeler Philo pour qu’elle vienne éteindre la lumière, ce qui m’éviterait de bouger de sous la couette.

Je vous tiens au courant demain de si on dort bien, dans cette cabane au fond des bois. Enfin, j’espère…

Edit du 25 juin : Finalement, j’ai dormi comme un bûcheron acadien, dans ma cabane au Canada, bien tapie au fond des bois !

Voyage au Nouveau Brunswick en partenariat avec Air Transat et Tourisme Nouveau Brunswick. 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.