Moi, petit bout d’ici, j’aime mon petit bout d’ailleurs.

Ma mère est complètement tarée.

L’autre jour, elle  s’est mise à pousser des ptits cris saugrenus, en ouvrant un colis. Jusque là, normal, je suis habitué. (même que ça me fait marrer, et que moi, j’applaudis à tout rompre, histoire de lui prouver mon soutien sans faille.)

C’était peu avant l’heure du goûter, je le précise pour la suite.

Alors qu’elle semblait ravie avec son paquet, sitôt ouvert, elle l’a abandonné pour revenir aussi rapidement avec une grande couette blanche. Ma soeur et moi, d’un regard, on s’est dit : « yeah, fiesta ! »

Non, pas fiesta. Enfin, pas du genre la fiesta où on met tous les jouets sur la couette et où après, je les balance un peu partout dans la maison.

Au centre de la grande couette blanche, elle a déposé une gigoteuse. Whaou ! Pas n’importe quelle gigoteuse, hein! Pas de celles que les tatas de la crèche confondent toujours parce qu’elles se ressemblent toutes. Une gigoteuse d’ailleurs… Blanche, mais avec plein de couleurs vives, un motif chic et éthique (oui, j’ai un an et demi, et je vais faire bloggueur mode quand je serai grand, comme ma soeur.) Une gigoteuse « Mon petit bout d’ailleurs« . De contentement, je suis allé lui faire un câlinou.

Je ne voulais plus la quitter, mais ma mère a eu une autre de ses grandes idées : me la faire essayer. Alors autant je la trouvais super, autant, me mettre en gigoteuse à 4 heures de l’aprem, je trouve la blagounette moyennement hilarante, tu vois.

Même si oui, j’avoue, j’étais trop bien dedans. Une gigoteuse en coton, parfaite pour les nuits qui commencent à se réchauffer.Mais honnêtement, étions nous obligés de monter sur la table basse? Bon, oui, allez.

Ma mère m’a regardé sous toutes les coutures de la gigoteuse, l’air absolument ravi. Elle a laissé échapper quelques soupirs de satisfaction. De là, j’en ai profité pour lui réclamé un babon (un babon, c’est le bib en langage Niaf.)

Même que j’ai refusé d’enlever mon nouveau cocon pour la nuit. En disant « nan nan nan », en tournant la tête et en levant les yeux au ciel (ça agace ma mère, mais je fais quand même ce que je veux d’elle.)

Mes trois petits bouts d’ailleurs (la gigoteuse, ma poupée d’amour et ma soeur) et moi, le petit bout d’ici, on a passé un bon moment câlin, ensuite. (même que ça a rendu ma mère euphorique, elle disait, « ho, trop beau, trop beau, ça va faire trop bien dans mon article. » Tu vois, complètement tarée, ma mère. Pour la peine, je l’écris avant elle. Toc.)

Le soir, quand Papa est rentré, Maman lui a montré toute la collection. Elle a dit que les tissus que j’aime caresser et qui attirent mes yeux, toujours et encore, ils viennent d’ailleurs. D’Abidjan. Elle a expliqué à quel point c’était extraordinaire que ces petits bouts d’ailleurs se retrouvent ici et que d’ailleurs, il y avait plein d’autres choses qu’elle aimerait trouver ici. (ça faisait trop d’ici et d’ailleurs pour mes oreilles, j’ai préféré regarder. J’ai pas été déçu) Attends, j’te montre:

Il y les gigoteuses bien sûr, mais aussi les sorties de bain, les cadeaux de naissance pour mon futur petit cousin, les bavoirs et les doudous.

gigoteuse petit bout d'ailleurs

bavoir petit bout d'ailleurs

doudou petit bout d'ailleurs bavoir petit bout d'ailleurs doudou petit bout d'ailleurs

 

Tout un univers aux couleurs chatoyantes, et top la classe, en même temps.

76 Commentaires

Pour dire des trucs:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :