«

»

Mon fils, champion olympique. (le stade des bébés.)

Flash info spécial J.O.

Mesdames, Messieurs.

Les Jeux Olympiques ont commencé en avance, comme annoncé il y a quelques jours (ici) pour les moins de un mètre. Non, nous ne parlons pas d’un J.O. spécial gens de petite taille, mais bien du stade des bébés, organisé par Pampers et Fisher Price.

Un moins d’un mètre s’est distingué dans plusieurs disciplines. Il a été déclaré vivant, dynamique, et présent. (ce qui signifiait, en langage politiquement correct : remuant, voire un peu chiant, quand même.)

Rien ne lui a échappé. Il n’a pas souhaité d’interview, modeste qu’il est (et trop occupé à courir partout.) Mais sa mère, Maman bavarde, a bien voulu nous raconter leur folle journée au Stade des bébés.

« Cynthia, vous êtes la maman bavarde d’un Niaf qui ne se fatigue jamais. Comment avez vous vécu cette journée? »

J’en peux plus. J’suis claquée. J’ai les cuissots qui crâment et les zygomatiques en feu, aussi, notez quand même. J’ai couru, attrapé, cherché le Niaf partout quand il se sauvait. J’appréhendais un peu cet aprem, parce que moi, les espaces genre plaine de jeux, c’est pas la peine de m’y faire entrer. Bon, là, je me suis marré toute la journée (ou presque, y’a des fois où c’est pas évident de gérer un jeune niaf fou) mais j’ai ultra kiffé.

Pour commencer, le Niaf a trouvé un ballon. J’ai cru qu’on allait passer la journée à jouer avec, mais de là, il a aperçu le trampoline…

J’ai bien pensé à le laisser enfermé dedans histoire de pouvoir discuter plus de 4 minutes d’affilée avec mes copines présentes également pour ce grand évènement.

Mais il a épuisé les surveillants de trampoline, tapant des feintes, rebondissant sur son popotin, courant, riant.

J’ai dû le sortir de force.

Au lancer de doudous, il a réinventé la discipline en chopant un doudou et en courant avec en dehors du terrain. Le doudou dans le canoë, ça semblait plus rigolo.

J’ai dû l’en sortir de force.

Le parcours de motricité a été fait, refait et défait(!) mais jamais dans le bon sens. C’est plus fun de n’en faire qu’une partie douze fois de suite.

J’ai finalement dû l’en sortir de force.

Il a chevauché un zèbre, et montré sa parfaite maîtrise du trot et du galop. Un coup le zèbre rose, un coup le bleu, un coup celui de la gaminette (aaaaaaah, nan, pas celui de la gaminette…j’ai dû le sortir de force.)

A la course de chevaux, il a frisé la faute pour dépassement de la ligne d’arrivée, voire plus. Il partait dans le trampoline avec son canasson.

Accroché à son ptit cheval sauteur, j’ai dû le sortir de force.

Le terrain de foot? Quoi, faut lâcher le BAM pour le coller dans ces filets, là? Non, pas question.

Quoi, faut aussi lâcher le BAM pour sortir du terrain de foot? Non, pas question. (J’ai dû le sortir de force.)

Il a été décoré de tous les honneurs à la natation. Surtout parce qu’il a traversé l’équivalent de la Manche aller retour dans la journée. Plongeons, glissades, mode du « j’me cache sous les boules et personne ne viendra m’y chercher », lancer de boules à l’extérieur (beaucoup, beaucoup de boules.)

Au final, j’ai dû le sortir de force environ 16 fois.

A en voir toutes ces images, vous vous dîtes certainement que Niaf n’est que muscles.

Que nenni. Il a suivi un cours de Babylangues avec rigueur et assiduité. Il s’est à peine fait remarquer. Bon, en vrai, on était mortes de rire avec Lucky Sophie et Virginie de ces doux moments. Le Niaf a une façon particulière d’apprendre l’anglais.

Ci dessous, un court extrait. Juste avant, il a tenté d’expliquer à la prof qu’on ne disait pas « dog » mais « sien »…n’importe quoi qu’elle dit la fille, quoi!)


 

Mais moi, j’ai adoré. Et le coup des bubbles était juste formidable. Autant dire que j’ai dû le sortir de force.

Bon, après, j’ai tenté d’obliger le Niaf à écouter les explications de Julie. Moi, y’a pas à dire, j’écoutais religieusement, comme Natacha.

Le Niaf, lui est reparti plonger dans la piscine, a de nouveau chopé un cheval, est parti se cacher avec un ordinateur fisher price au milieu du stock de couches. D’où j’ai dû le sortir de force, oui, voilà.

Pour se délasser un peu avant de reprendre la route, nous sommes allés faire du yoga. Bon. J’ai pas eu besoin de le sortir de force. C’en était trop pour le Niaf. Il a quand même fait une position.

Mais après, trop de bruit, trop d’excitation…

Même si j’ai dû l’emmener de force, je n’ai pas eu besoin d’user de forces supplémentaires (heureusement, je n’en avais plus.) pour le mettre dans son siège auto. Où il s’est refait le déroulement de la journée, sûrement.

En tout cas, cette journée, on s’en souviendra longtemps…et on attend la prochaine avec impatience…

Laissez moi juste le temps de reprendre des forces !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

(2 commentaires)

  1. Maman louzoù

    MDR !!!
    T’en as de la force qd même !!!
    J’aurai adoré participer !!!
    On a l’impression d’y être avec toi, merci c’est génial, merci au niaf aussi d’avoir si bien participé !!!
    J’adore la prise que tu as sur ton niaf sur le parcours de motricité ^^
    Ah pis j’adore tes shoes aussi

  2. Madame Moustick

    Mais est-ce que tu portais tes easy tone au moins ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>