«

»

Niafillon, conte moderne.

Par un aprem pluvieux, alors que je cherchais une photo fun pour un concours sur la blogosphère, j’ai eu un déclic. Quitte à avoir une photo fun, autant se marrer un peu la tronche. Ni une ni deux, j’ai pris Niaf sous un bras, et balancé à Niafette: t’as envie de te déguiser?

Il n’a pas fallu lui répéter deux fois.

Viens, on invente une histoire, et moi, je vous prends en photo…

On a discuté, négocié, j’ai rusé pour que ça soit pas trop suintant de romantisme exacerbé (Niafette étant toujours dans sa période : « le mariage, c’est formiiiiiiidable.) Elle a gagné pour la princesse, j’ai gagné pour la moustache du niaf: je ne lui mettrai pas de maquillage sur la tronche, et pis c’est tout.

De tout ça, est sorti Niafillon. Rien à voir avec un ministre. Un peu à voir avec la souillon qui dormait dans la cheminée. On a fait comme on pouvait avec ce qu’on avait. On s’est marré. On a même parfois failli se faire pipi dessus tellement on rigolait. La niaf, lui, il riait aux éclats. Juste à nous regarder nous fendre la poire, parce que lui, il ne comprenait pas trop pourquoi il se retrouvait avec son peignoir pour la piscine au dessus des fringues.

Merci à la blogosphère de nous avoir permis de nous amuser. Promis Niafette, on recommencera, concours ou pas.

L’affiche du film pourrait être celle là:

Et voici le début:

Il était une fois, une jolie princesse qui s’appelait Niafillon, et dont la marâtre était sympa quand même.(ça, c’est de moi.) Mais la pauvre Niafillon était toujours obligée de ramasser ses affaires, et de passer l’aspi et la serpillère.Elle n’avait pas le droit de manger un hippo + un autre hippo au dessert. Bref, la galère.

Néanmoins, elle nettoyait sa citrouille avec le sourire, en chantonnant « un jour mon prince, viendra »…

Sauf qu’un jour, en lieu et place du dit prince, alors qu’elle baguenaudait dans son champ de citrouilles, elle se retrouva…oh, horreur, désarroi, peur, grosse flippe, quoi…en face d’un dragon.

Ouais, l’angoisse absolue. Niafillon ne s’en laissait pas facilement conter, mais là, quand même, y’avait de quoi crier d’effroi. Ce qu’elle fît, immédiatement.

A ce moment, Niouf, prince mi ours mi lion, pour cause d’absence de politesse envers une méchante fée qu’il n’avait pas voulu demander en épousailles, se réveilla, de fort mauvaise humeur. Il s’était exilé en plein milieu de nulle part et d’un champ de citrouilles, afin de faire le point sur sa nouvelle entreprise de nettoyage à domicile, sa passion dans la vie. Qui donc osait, par ce petit cri suraigü tout autant que saugrenu, le sortir de la torpeur où il était depuis qu’il s’était fait péter le bide avec des myrtilles sauvages et des oursons en guimauve?

C’est donc fort énervé qu’il arriva là où devait se trouver Niafillon. Qui, quant à elle, s’était déjà débarassé du dragon, petit être affolé par les cris suraigus tout autant que saugrenus.

Un problème subsistait cependant : dans sa fuite, le dragon avait fait un croche pied à Niafillon, qui elle, était partie aussi en courant vers chez elle, cahin cahan, après avoir entendu 12 coups de sabot de girafe. Dans l’histoire, le dragon lui avait fait perdre une pantoufle de vers Panam, venant d’ Oshoesderêve; un sioublime fabricant de petites pantoufles de sortie, et autres escarpins la classe.

Niafillon, toute désappointée, pleurait sur son sort et son escarpin Oshoesderêve, lorsqu’elle entendit de nouveau le bruit des sabots d’une girafe. C’était, on s’en doute, Niouf, chevauchant son fier et fidèle destrier, Girafounette.

Et ô joie, ô bonheur suprême, il tenait en son bec un fromage sa main the chaussure.

 

La suite, au prochain épisode:

Si vous voulez des épousailles, tapez 1

Si vous voulez des sorcières, tapez 2

Si vous voulez que cette histoire cesse, tapez sur la croix en haut à droite.

Si vous voulez que ça continue maintenant, pas taper, ça reviendra!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>