Secrets.

Cette nouvelle a été écrite pour un concours d’écriture. Je vous la livre désormais.

SECRETS.

«Maîtresse? Y’a quelqu’un qui m’a volé mon sac à secrets.» 

A peine cette phrase sortie de ma bouche, je me rends compte que je suis coincée. Je la connais, Madame Gilliot, elle va vouloir tout savoir. Pourquoi lui ai-je dit?  Mamie me dirait qu’il faut tourner la langue sept fois dans sa bouche avant de parler, mais j’oublie tout le temps.

J’aurais dû faire au moins trois tours, mais c’est trop tard. La maîtresse me regarde et attend des explications. Je prends le temps de la réflexion, en faisant mes yeux innocents (c’est Papi, avant qu’il devienne grognon et qu’il parte au ciel,  qui disait toujours que je savais très bien les faire, les yeux innocents. C’est facile, il suffit de les écarquiller en grand et de ne plus bouger ni respirer). 

Elle est vieille, Madame Gilliot, elle va peut-être oublier si je la regarde longtemps. 

Si je ne lui dis rien, je peux faire une croix sur mes bananes et mes fraises tagada. Mais si je lui raconte la vérité, Mamie et moi, c’est sûr, on va se faire appeler Arthur. 

C’est Mamie qui dit toujours ça, quand je fais une bêtise. Moi, je ne vois pas en quoi c’est embêtant de se faire appeler Arthur, même si en vrai, mon prénom, c’est Hortense. Les expressions de Mamie, elles sont vraiment rigolotes. 

La vérité vraie que je ne peux pas dire à la maîtresse, c’est que tous les matins, je confie mon petit sac à Mamie, qui y glisse un sachet de bonbons en allant acheter son pain, et qui le dépose au bout de la cour de récré, derrière le plus petit des sapins, 

où je cours le récupérer avec Aurélie et Patricia, mes meilleures amies de la vie.

D’habitude, tout se passe bien, mais là, derrière l’arbuste, il n’y a rien. 

Je sens les larmes qui me montent aux yeux. Elles vont bientôt déborder si je les laisse aller. J’essaie de penser à quelque chose de beau, de gai, comme des papillons qui s’envolent tous en même temps au dessus d’un champ de coquelicots, mais je n’arrive à imaginer que mon sac à secrets. 

Mon sac, je glisse toute ma vie dedans. Les bonbons bien sûr, mais aussi un coquillage que j’ai ramassé sur la page de Figaretto avec Maman, le jour où elle m’a annoncé qu’on allait repartir de vacances avec un amoureux pour elle dans la valise (mais finalement, il était assis dans l’avion, avec nous.) , ma première dent qui est tombée et pour laquelle la petite souris m’avait gâtée, une pièce de 100 francs en argent que Mémé m’a offerte, une photo de moi quand j’étais bébé et que mon papa m’aimait… tous mes secrets. Mais où est-il passé? 

Madame Gilliot attend toujours, alors je prends une grande inspiration et vite, je balance que je me suis trompée, que je l’ai oublié dans la classe. 

La maîtresse semble surprise, et me dit que je peux aller le chercher. Je suis bien embêtée, ça fait beaucoup de mensonges pour une seule récré, je me demande si mon nez ne va pas finir par pousser. Je sais que les histoires de Pinocchio c’est pour les bébés, j’ai 9 ans moi, et je ne crois plus ni à ça, ni à la petite souris, ni que mon papa m’aimait vraiment sur la photo, mais parfois, je me dis quand même: «et si c’était possible?»

Avec Aurélie et Patricia, on rassemble tous les CM1, comme quand on fait un grand jeu de saute mouton. Sauf qu’on n’a plus le droit depuis que David s’est cassé le bras.Après les avoir interrogés, pour être sûres qu’aucun n’est dans le coup, et les avoir fait promettre jurer cracher, on forme des groupes comme en sport. Pour le coup, je ne suis pas la dernière choisie, et ça me donne le sourire. Comme si j’étais la maîtresse, je donne les consignes à chacun. Vérifier les affaires de petits, surveiller les grands. On a de la chance, il fait beau, la récréation va durer plus que d’habitude. Là où ça se complique, c’est avec les CM2, et surtout Michel qui a déjà redoublé deux fois et qui fait peur à tout le monde. 

Aucun de nous ne veut aller le voir, alors, courageuse, je déclare que Michel, c’est moi qui vais m’en occuper. Après tout, c’est mon sac à secrets. Les autres me regardent, éberlués. J’ai l’impression d’être une vraie héroïne de dessin animé.

Tout à coup, David me sourit, et il fonce pour trouver Michel le costaud. 

Il revient sans rien, mais maintenant, j’en suis sûre: lui et moi, on se mariera. Quand je retrouverais mon sac à secrets, je découperais la photo de classe pour mettre sa tête dans la petite pochette, contre mon coeur. 

Monsieur Phalanpin sonne la fin de la récré, on doit se ranger. Tout le monde parle de l’affaire du sac disparu, et même si je suis malheureuse, je suis fière d’être au centre de l’intérêt. David vient se ranger à côté de moi et me prend la main. Il ne le fait avec aucune fille, et je sens des chatouilles agréables dans mon ventre. 

En classe, on a maths, et j’écoute encore moins que d’habitude. J’imagine tout, le meilleur comme le pire. 

Que mon sac a été enlevé par ces fourmis qui creusent des labyrinthes comme on a vu en sciences. 

Ou que David va venir me voir et me chuchoter «Hortense, c’est moi qui ai pris ton sac, pour y glisser un trèfles à 4 feuilles et un pendentif en coeur.» Même que je lui pardonnerais. 

Ou alors, que Mamie va arriver et me dire qu’elle a dû aller s’occuper de Madame Felber, la vieille voisine du dessous qui perd la boule. Je préfèrerais que ce soit mon histoire avec David, si j’y réfléchis bien. Et je me mets à écrire son prénom sur mon cahier de brouillon.

Ce midi, c’est Papa, qui vient me chercher, pour la première fois.

Comme quoi, tout est possible.

C’est aux larmes dans ses yeux que je comprends que le sac à secrets, il ne sera plus qu’à moi, désormais.

Trois jours plus tard, je glisse la photo de David dans la pochette cousue à l’intérieur, et alors que tous les adultes vêtus de noir se dispersent, je dépose mon sac derrière la plaque de marbre. Je chuchote à Mamie que j’ai laissé quelques fraises tagada, si elle a faim. 

J’ai 9 ans, et je sais que quand on est mort, on ne peut plus manger de bonbons. Mais je me dis : «et si c’était possible?»

19 Commentaires

  • Amandine C 17 août 2013 à 11 h 08 min

    Je viens de lire ta nouvelle et elle m’a mis les poils!!! Bravo, belle plume. On reconnaît bien ton style dans l’écriture mais
    on n’a pas l’habitude de te voir aborder un sujet aussi sérieux. En bref, j’aime beaucoup et je te souhaite de gagner, bravo! (heu, et aussi bisous)

    Répondre
  • Maud 17 août 2013 à 11 h 43 min

    J’ai lu la nouvelle hier soir, avant de m’endormir… J’ai apprécié, beaucoup, j’ai partagé, tout de suite… Mais j’ai pas pu « liker »… impossible sur la version mobile 🙁 Et je suis partie en we sans ordi (si si… Et en plus avec 3 batteries de tel qui ne se recharge plus !).

    Continue ! J’aimerais tant lire les 6 autres !

    Répondre
    • mamanbavarde 17 août 2013 à 12 h 33 min

      Merci Maud! Tu pourras peut-être lire les 6 autres un jour… si j’arrive à avoir assez de votes 😉 Merci pour le partage en tout cas <3

      Répondre
      • Maud 18 août 2013 à 21 h 39 min

        Enfin à la maison !! j’ai pouvoir aller voter 🙂
        (« enfin »… je serais quand même rester siroter du vin blanc au bord d’une piscine… mais bon, fallait bien voter quoi !)

        Répondre
        • Maud 18 août 2013 à 22 h 20 min

          j’ai voté pour toi ! et aussi lu quelques autres nouvelles… pfiou, « la bascule », c’est … dur ! mais si tu ne mets pas les liens de tes copines, sur le site, aucun moyen de savoir qui écrit quoi, dommage…

          Répondre
          • Maud 18 août 2013 à 22 h 27 min

            ffff, j’avais pas encore lu sweetheart ! je crois que j’avais arrêté de lire ces nouvelles, c’est pas très gai pour la plupart, finalement, la tienne était « soft »!

        • mamanbavarde 19 août 2013 à 16 h 34 min

          Nan mais toi! Rentrer juste pour voter, tu es un chou quand même 😉

          Répondre
  • Sophie Mum 17 août 2013 à 13 h 13 min

    Irais lire tout ça et liker

    Répondre
  • sossolamam's 17 août 2013 à 13 h 59 min

    j’ai voté pour ton histoire ou je me reconnais un peu car mamie et moi etions tres complices… elle m’a quitté j’avais 11 ans elle reste toujours ds ma tete et mon coeur pas un jour ne passe sans que je pense a elle… ma fille porte son prénom…. promesse que je lui ai faite avant qu’elle me quitte… bravo pour tes talents d’écritures

    Répondre
  • MarY 17 août 2013 à 14 h 02 min

    Wouawww … Je finis avec un petit nœud dans la gorge ! J’ai liké parce que j’ai aimé … fort !
    Merci

    Répondre
  • Milky 17 août 2013 à 13 h 33 min

    Je ne sais pas quoi dire [genre je la fais sérieuse comme le texte, ou je raconte une blague ? <<' aaaaah ], j'ai bien aimé l'histoire, j'ai pas lâché l'affaire [ce qui est vraiment pas évident, j'ai une tendance à sauter des lignes *sifflote*], Heu… Et j'ai liké ^^.

    Répondre
  • Sophie-Mum 17 août 2013 à 15 h 05 min

    jai vote

    Répondre
  • Vlynette 17 août 2013 à 20 h 42 min

    J’ai voté, partagé, fais suivre… Ta fan number one 🙂

    Répondre
  • Trois fois maman 17 août 2013 à 23 h 46 min

    C’est très émouvant… j’ai 9 ans avec toi ce soir !

    Répondre
  • Confidences de maman 18 août 2013 à 8 h 21 min

    Elle est vraiment chouette !!!! Dommage que l’on ne puisse pas liker sur la version mobile ;-( je le fais des que j’allume mon ordinateur aujourd’hui ;/) bisoussssss

    Répondre
  • confidences de maman 19 août 2013 à 9 h 13 min

    Ca y est j’ai voté 😉 Gros bisous

    Répondre

Pour dire des trucs:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :