«

»

Témoignage de prématurité #2. Quatre ans après, que reste-t-il?

Julie m’avait déjà envoyé son témoignage l’an dernier. Elle répond de nouveau présente pour nous expliquer ce qui reste, quatre ans après. Un témoignage beau et plein d’espoir. Qui me donne encore plus envie de m’investir, et d’aller marcher le 14 octobre prochain.

N’hésitez pas à nous rejoindre, ou à donner pour la recherche, sur ma page de collecte, ici.

Untitled copie 4

Que reste-t-il ?

Quatre années se sont écoulées depuis ce jour de mai à l’aube duquel mon fils est né si prématurément…
Parfois je me retourne  et je tente de d’apercevoir par-dessus mon épaule le chemin parcouru mais je n’en distingue qu’une infime partie. Il me fait l’effet d’un fleuve aux innombrables méandres qui masquent à ma vue tout le chemin parcouru… mais je le devine…

Mon cœur me souffle que le chemin a été difficile, tortueux, plein d’ornières mais il me dit aussi combien il a été riche, ponctué de bonheurs si intenses, de fiertés indescriptibles… C’est difficile d’imaginer, de quantifier la fierté que l’on ressent lorsque que l’on voit son enfant accomplir des choses que l’on avait à peine osé imaginer pour lui de peur de souffrir des échecs…  Grandir, respirer, sourire, rêver, marcher, parler, sauter, aller à l’école, VIVRE ! Ce chemin difficile nous a liés de tant de façons différentes. Lorsque je tente d’imaginer ce qui nous lie, je vois toujours deux arbres aux racines entremêlées, inextricables. Nous grandissons ensemble, je suis né avec lui, nous tirons nos forces et notre vie de ces racines.

Mais que reste-t-il de la prématurité ?

Pour mon moineau… la prématurité n’a pas laissé beaucoup de traces visibles…

Il y a bien ses petites mains… Lorsque je les regarde en ce moment, bronzées comme elles sont, j’y vois tout plein de petits points blancs… Elles me font toujours l’effet  de petites brioches dorées sur lesquelles on aurait saupoudré un peu de sucre. Je crois qu’ils ne partiront jamais mais ce n’est pas grave, ils seront la trace de sa naissance, le souvenir lointain de son combat.

Il est semblable aux autres enfants par bien des aspects, ni plus ni moins sage, ni plus ni moins malin, ni plus ni moins coquin… encore que peut-être plus quand même…

L’entrée à l’école s’est déroulée merveilleusement malgré mes angoisses mais je sais maintenant que j’aurais dû croire en lui encore plus… Il a agi comme il le fait pour tout, à 120% ! Il adore l’école, est curieux de tout et très impliqué dans la vie de la classe. Bien sûr, nous ne savons pas de quoi sera fait l’avenir mais nous ferons comme pour tout, nous serons fiers de lui quoi qu’il advienne. Nous lui faisons confiance.

A mon niveau, être mère, mère d’un enfant né en avance, est la seule maternité que je connaisse. Il est mon premier et sera certainement mon seul enfant même si je caresse parfois secrètement l’espoir de me guérir de cette grossesse amputée, de cette naissance précipité et si bouleversante en ayant un autre enfant. Je ne sais pas si j’aurais agi avec lui de façon différente s’il était né à terme. Ma fierté est-elle plus prononcée que s’il n’avait pas connu les difficultés de sa naissance. Je me dis que je suis souvent plus sensible à ces petits riens, ces petits progrès, ces petits évènements qui jalonnent la vie de nos enfants… Je suis celle qui sort discrètement ses Kleenex lors du spectacle de fin d’année lorsque les autres mamans applaudissent… Parce qu’à le voir chanter, jouer de la musique, danser avec les autres, je ferme les yeux et je revois un minuscule bébé au visage chiffonné disparaissant sous un masque pour l’aider à respirer, je revois une couche de la taille d’un paquet de mouchoir, trop petite pour un poupon en plastique… Je me revois muette de peur devant une couveuse. Et lorsque j’ouvre les yeux à nouveau, je vois mon fils, mon héros mon fragile guerrier. Je vois que la vie m’a offert ce cadeau de voir grandir mon fils et je suis si fière… fière comme toutes les autres mamans…

Alors au final, que reste-t-il de sa naissance ?

Il reste une petite boite en cuir rouge, cachée entre deux piles de vêtements dans mon armoire… dedans, il y a un bonnet en jersey, taché de sang que je ne laverai jamais, le premier bonnet qu’on lui a enfilé dès sa naissance. Il y a ses premiers bonnets et ses premiers masques de C-pap, il y a son avis de naissance découpé dans le journal et dans le bulletin municipal, il y a ses petites empreintes de mains et de pieds qu’une infirmière avaient faites pour nous avec de l’éosine, il y a trois couches  dont la taille laisse souvent muets les gens tellement c’est invraisemblable de se dire qu’elles étaient trop grandes pour lui. Il y a aussi son premier body si petit, sa première tétine… Et puis, il y a une pièce de 2€… Cette pièce, elle m’a servi à fermer le casier n°7, mon chiffre porte-bonheur, pendant les 76 jours de son hospitalisation… Je crois que jamais elle ne resservira pour autre chose…
Voilà en gros ce qu’il reste de la prématurité de Pierre… ça… et un amour incommensurable, une fierté sans nom, et toute la vie pour lui dire merci… Merci d’être resté, merci de vivre.

témoignage julie

 

Merci Julie, et bravo Pierre!

Vous aussi vous souhaitez témoigner? Vous pouvez m’écrire à mamanbavarde(at)gmail(.)com ou par message privé!

Rendez-vous sur Hellocoton !

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Maman louzoù

    Quel bonheur de lire ça 😀
    UN gamin beau comme tout ce petit Pierre

  2. Rach'l Lh

    Et moi ca me rapelle tjrs autant de souvenirs 22 ans apres et pleurer….sniff

  3. fatfat

    Témoignage très émouvant dans lequel je me retrouve ma fille n’est pas prématurée mais elle a eu des soucis de santé à sa naissance.
    Elle a 21 mois et semble aller bien.Parfois moi aussi,j’aimerais un autre enfant pour me guérir de ce traumatisme mais je n’en ai pas le courage.
    Elle sera certainement mon seul et unique enfant.

  4. mamancocinelle

    Je crois que j’aurais presque pu écrire le même texte! Il est tellement bien écrit, tellement vrai, tellement émouvant…

  5. Sandra

    de toutes façons on reste marqué !! et quoi qu’il en soit on est très fort !! parent et enfant

  6. lanabc

    La lecture de ce billet m’a beaucoup émue

  7. Vlynette

    Un témoignage terriblement émouvant et très joliment raconté… Je pense que ce petit garçon doit être également très fier de sa maman 🙂

  8. anne-laure

    Touchée en plein coeur… La prématurité change indéniablement le regard, la perspective des parents. As-tu reçu le texte que je t’ai envoyé la semaine passee?

    1. mamanbavarde

      Je ne l’ai pas eu. Je vérifie mes spams tout de suite et te maile!

  9. Sev

    Magnifique témoignage, très bien écrit, très vrai…
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>