«

»

Le jour où j’ai (encore) testé le test de grossesse…

Mercredi, veille de l’anniv’ de mon Niaf, j’ai testé de nouveau le test de grossesse. Le même que pour le Niaf. Euh, enfin, pas le même, mais la même marque, quoi. L’autre, il est parti à la poubelle depuis longtemps, parce que garder des souvenirs, ok, mais un plein de mon pipi rempli de bêta machinchose et d’hormones, en fait j’avais pas osé.

Alors non, je n’ai pas fait ça par nostalgie. Mais par retard.

Faut que j’avoue, ce retard ne m’inquiétait pas. Je suis sous pilule, je ne l’oublie jamais, donc, je me disais, pas de risque. Sauf que, j’ai souvenir de cette copine tombée en sainte enceinte sous pilule. Et pis quand t’as du retard, même si tu te poses pas de question, les questions viennent se poser quand même. T’as l’impression que toutes les pubs qui ne sont pas pour des jouets de Noyël sont pour des tests de grossesse. T’apprends des nouvelles de polichinelle dans le tiroir partout où tu vas. Et si t’es limite hypocondriaque comme moi, tu te retrouves avec tous les symptômes d’une femme sur le point d’accoucher, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

La cerise sur le gâteau, ça a été mardi soir, quand le n’Am m’a dit: « mais au fait, t’as toujours pas tes trucs, là?! Nan, parce que comme t’as passé le week end dans une fièvre ménageuse, si c’est pas tes règles,t ‘as un truc avec tes hormones quand même… »

J’ai rigolé, fanfaronne. Et puis je me suis couchée. Et puis j’ai pas réussi à dormir. Je me suis mise à imaginer deux traits sur mon test acheté en doublon y’a un an et 8 mois. J’ai pensé qu’il y a peu, j’avais rêvé que j’accouchais. J’ai eu mal aux seins. J’ai même senti quelque chose bouger dans mon ventre…les noix de saint Jacques, sans doute.

Je me suis dit que je n’avais pas assez profité de mon niaf. que ça allait être la galère…Que je venais à peine de me racheter des fringues, qu’on n’avait pas assez de chambres, que j’aimais pas Becky, comme prénom (alors que Niafette, elle en rêve, à cause de Tom Sawyer…), que je venais à peine de reprendre le taf, le step…

Le lendemain, c’est donc toute crispée que je me suis réveillée aux aurores (celles de vers 8h30) pour aller faire pipi sur un bâtonnet en plastique. C’est dingue les idées qui t’assaillent pendant les 5 minutes où tu tentes desespérement d’aller regarder ailleurs que sur la cuvette des chiottes (là où se trouve le test).

Enfin, j’ai regardé. Vu un trait…Eu un choc. Relu la notice.

Il en fallait deux, des traits.

J’ai arrêté d’avoir mal aux seins, mes noix de Saint Jacques se sont calmées. A la pub, y’avait que des jouets de Noël, et mes règles sont arrivées dans la foulée.  

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>