Quand la doc a fait une moue dubitative en regardant à trois fois les boutons d’un air suspect et qu’elle a lancé un « bon, le mieux, ce serait d’aller voir à l’hopital », j’ai compris que, bordel à chiottes,on était bon pour refaire un tour aux Urgences.

Forts de notre précédente expérience, on a ramené un magazine, l’Ipad, quelques joujoux, des gâteaux et du lait, et on a déposé Niafette chez ses grands parents.

Comme il fallait bien un fail, on a encore zappé de se prendre à manger pour nous.

J’ai donc filé vers le fast food le plus proche quand j’ai compris, assez tard déjà, qu’on ne passerait pas en top priorité sur l’Urgence list. De la file d’attente du drive, j’ai envoyé un message d’amour et de soutien au N’Am resté sur place. Bon, c’est Une Parisienne à Vincennes qui l’a reçu, le sms. Mais c’est l’intention qui compte.

En revenant, l’équipe avait pris en charge le niaf. J’suis arrivée juste à temps pour le tenir pendant la prise de sang, évitant par la même occaz au n’Am de tourner de l’oeil à la vue de la seringue. Bon, autant te dire que les frites froides, c’est poubelle direct.Mais que mon fils est un warrior, qui chouine même pas en regardant l’aiguille.

hospitalisation bébé urgences

A 23h30, on nous annonce une suspicion de rougeole, ou autre chose. Et autre chose, c’est ? Bon, bah on saura plus tard (ou pas). Mise en quarantaine dans une chambre en pédiatrie. Avec une autre gamine à côté. (non, elle ne risque rien, elle est vaccinée contre la rougeole et autre chose.)

Là, dans cette pièce plongée dans l’obscurité, le Niaf a bien compris que c’était le début de la galère. Et s’est donc mis à hurler, afin de montrer son mécontentement, sa peur et son envie de se casser tout de suite. Et son refus de dormir dans la cage qu’on lui proposait en guise de lit.

hospitalisation bébé lit cage

Au bout de deux heures, les bras en compote et les tympans explosés, m’est venue la brillante idée de le poser dans sa poussette, avec mon écharpe en guise de doudou/oreiller. Et de le promener ainsi dans les 4mètres carrés impartis. Une heure de répit m’a ainsi été accordée grâce au sommeil du Niaf.

J’en ai donc profité pour ajuster mon dodo à moi, un matelas posé au sol. Et par me mettre à l’aise. Euh, enlever mon soutif, quoi. ça fera l’affaire.

Le Niaf a fini la nuit contre moi, entre sol et matelas. A 6h30, les pleurs relatifs à une envie de biberon m’ont définitivement sortis de la somnolence. Personne dans les couloirs. Heureusement que j’avais prévu du lait en conséquence, sinon, on aurait dû patienter 2 heures de plus.

Et puis a suivi une matinée d’attente. Un matin complet à patienter après les médecins. 5 heures 30 à occuper le Niaf, qui a finalement accepté son lit à barreaux en terrain de jeux, mais pas plus d’un quart d’heure à chaque fois. De longues minutes à zyeuter le couloir, dans l’espoir d’apercevoir une blouse blanche. Pas mal de temps à rêver de mon canapé, d’un lit où le niaf accepterait de se reposer.

 

A midi, j’ai fini par choper les docteurs. Qui m’ont pris de haut. N’ayant pas la moitié d’un café dégueulasse dans le sang, celui-ci n’a fait qu’un tour. Il était chaud bouillant, mon sang. J’ai déclaré qu’on était là depuis 19h30 la veille. Emprisonnés dans une moitié de chambre s’apparentant à un sauna. Qu’à aucun moment, on ne nous avait donné ni temps, ni information, ni à manger. Et que je voulais savoir ce que mon tout petit avait. Ou qu’on nous laisse dégager.

Les docs ont arrêté de me prendre de haut, et sont venus ausculter le Niaf qui a été super coopératif, et même calin, le traitre, genre « j’suis trop heureux d’être là avec vous ». La rougeole a été écartée. Ils ont parlé de nous laisser sortir le lendemain, j’ai annoncé que le jour même serait mieux. Ils ont opiné du chef. Merde, j’aurais dû dire tout de suite maintenant! Ils ont juste demandé à ce qu’on reste dans la chambre, au cas où…en fait, le cas où, c’était surtout pour ne pas inquiéter les autres parents, à la vue des boutons…Oh, c’est pas un monstre mon bibounet non plus!

Plus de peur que de mal, donc au final.Le Niaf n’a été aucunement traumatisé, il s’est même fait une super copine. Mais pour ma part, aujourd’hui encore, quelques semaines plus tard, quand j’y repense, je ressens ce mal être, et je m’énerve toute seule devant le manque de respect dont nous avons été victimes. Les parents qui accompagnent les enfants devraient avoir le droit à des infos, à un peu de temps pour pouvoir aller prendre une douche, ou faire pipi. Une chose est sûre, s’il doit y avoir une prochaine fois, je changerais de crèmerie!

hospitalisation bébé

Et vous, l’hopital, déjà testé? Comment ça s’est passé?

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

44 thoughts on “Une courte hospitalisation bien trop longue…”

  1. oh bah mince alors !
    c’est fou ça, tu es le second blog à dire que ce genre d’hospitalisation, le personnel s’en fout !

    c’est dingue quand même !

    c’est pas parce qu’il s’agit d’un enfant, qu’il faut rien dire ! le parent l’accompagne en général !
    j’espère que tu auras vite des infos !
    bises et bonne semaine !

  2. Oui testé 3 jours en novembre avec la biscotte qui était super contagieuse avec sa bronchiolite. Tout le personnel soignant devait entrer dans notre chambre avec blouse, gants, masque pour éviter de contaminer le reste du service. Enfin THEORIQUEMENT parce qu’en fait il y en avait seulement 1/3 qui le faisait. C’est pas comme si dans les services de pédiatrie on trouvait des gamins à la santé fragile…

    Mais on a été bien traité, j’ai même eu droit à du rab de dessert.

  3. J’allais poser la même question que DarkGally! En tout cas ton petit Niaf c’est un courageux! C’est pas pareil mais j’ai testé à 3 reprises qd bébé était au chaud ds mon ventre, ça m’a bcp remué et du coup je suis bien flippée là que ça arrive cette fois…et pour bébé pas testé et je croise les doigts, touche du bois tout ce que tu veux pour que ça n’arrive pas!!!

  4. Finalement , c’est chouette les urgences en france . Ton Niaf va bien , c’est déjà ça . Par contre aucune envie de te raconter la misére qu’on voit ici dans les hopitaux

  5. ma pauvre c’est vraiment honteux la manière dont sont traités les patients à l’hopital…

    Je ne l’ai heureusement pas encore testé et je ne suis absolument pas pressée…j’ai testé pendant la grossesse et j’avais décrété que je n’irais pas accoucher là bas tellement on m’avait pris de haut là aussi…depuis je suis passée au privé et même si ce n’est pas beaucoup mieux il y a davantage de personnel et de moyens mis en place pour les patients…on verra ce que ça donne dans 8 mois

  6. pas testé et vu ce que j’en lis, je préfère continuer comme ça. (touchons du bois touchons du bois. )

    Enfin, si, testé, mais pour le beau-père. Il s’était coincé les doigts dans une chaise pliante et péter 2 phalanges au passage. Ben pour avoir des infos, c’était pas mieux. Et notre grande conclusion ça a été « la prochaine fois, on appelle pas les urgences, on y va direct, ça ira plus vite… »

    (ah, et ils l’ont renvoyé à la maison pour la nuit : arrivée aux urgences vers 15 heures, repartis vers 23h, avec des gros bandages et un shoot à la morphine, après juste une radio et une consult téléphonique de la part du chirurgien…Pouic pouic pouic…)

  7. Déjà testé et plus d’une fois, à chaque fois toujours le même résultat !!!

    Enzo y a été pour son bras cassé les jeunes aides sont super gentilles à chaque fois mais les médecins eux… odieux !!!! Elle lui tortillait le bras dans tous les sens pour la radio et lui crier dessus parce qu’il bougeait forcément à 2 ans et demi double fracture bref

    2 ème fois opération des yeux la ça c’est extrémement bien passé (forcément c’était pas le même hopital)

    3 ème fois c’était pour sa difficulté respiratoire en pleine nuit je crois que c’était pire ! Les jeunettes était sympa la pediatres et l’infirmière « chef » très nul ! D’abord à 3 h du mat elles l’ont mesurés etc…. euh ensuite la mégére à dit à mon fils en ce moquant qu’il était bien trop gros… euh 1.07 pour 20kilos ! ensuite elles lui ont charcuté les bras pour une prise de sang qu’elles ont jamais pu faire pretextant que mon fils était en surpoids…. et pour finir la pédiatre qu’on a vu 5 minutes le lendemain à 12h à fini par contredir ce que le médecin urgentiste des pompiers nous avait dit : non madame votre fils n’a pas fait une bronchite asmatiphorme et il n’était pas en detresse respiratoire ptdr la c’était juste énorme ! Alors que la veille notre médecin a appeler les pompiers d’urgence pour venir chez moi car mon fils respirer très mal et très fort ! Qu’il était en detresse qu’ils ont du lui mettre des masques à oxygène , qu’il a eu des aerosoles etc ouah elle m’a fait super rire… jaune ! Je suis assez ecoeuré desormais de l’hopital et je parle même pas du jour ou m’a fille y a été pour ses rejets et pertes de poids.

    En conclusion je te comprend

  8. Bon heureusement que ce n’est quand même pas partout pareil la je parle d’un hopital ou mon compagnon y a été pour 3 doigts cassé qu’ils voulaient pas lui faire de radio pensant que mon compagnon simulait parce qu’il ne pleurait pas ptdr alors qu’il était quand même tombé du toit !

    Que mon voisin y a été est resorti avec un bandage alors qu’il avait la main cassé
    alala

  9. malheureusement testé,ma fille avait tout juste 1 mois,on arrive au urgence pour grosse fiévre mal toléré,aprés 2 échecs de ponction lombaire,il decide de l’hospitaliser en pédiatrie sous pérf d’antibio et grande surveillance.Le lendemain re ponction lombaire pour savoir..verdict une méningite virale,donc 11 jours d’hopitale . bien sur je refuse de quitter ma fille(que j’allaite encore a cette époque) malgrés l’instance de l’équipe ,pour que je rentre chez moi que je tire du lait etc….mais non je m’absanté uniquement 1h par jour pour rentrer prendra ma douche ,le reste de la journée pour les pauses miam relais avec le papa,la mamie,la grand mamie…ma fille a heureusement aucun souvenir vu son jeune age (enfin je pense) et moi c’est gravé pour tjs,sympa de dormir sur un fauteil qui s’allonge meme pas!

  10. Le peu de fois où on y est allés ce n’était pa sgrave et on est passé assez vite mais je m’imagine si mon fils était vraiment mal et que ça traine et surtout le manque d’infos ça s’est terrible !

  11. oh oui! on a testé!

    10 jours d’hospitalisation à Trousseau quand Chouchounet avait 15 jours! (pyélonéphrite+début de septicémie)

    Rien de très grave une fois que le traitement est mis en place, il ne reste plus qu’à prendre notre mal en patience…Le problme majeur étant que les veines « suataient » et qu’on a du descendre plusieurs fois mon fiston au bloc pour bien le piquer, dur, dur.

    On a été plutôt satisfait de l’accueil, du suivi et de l’écoute (à une infirmière près et encore…)et j’ai eu la « chance » d’avoir un lit de camp potable dès le 3e jour dans une chambre particulière.

  12. Bon, je reprend car Miss S a valider le com sans mon consentement !!!

    Je disais donc que j’espère que les vilains boutons sont partis !!!

    Ici, on a la chance de ne pas connaitre l’hospitalisation et j’espère que ça restera comme ça !!!

    Bonne journée !!!

  13. C’est abérant quand même, même cirque chez nous, déja une attente de 4h ou 5h pour voir un malheureux medecin, qu’on voit bien sur trainer dans les couloirs à papoter avec les infirmières, débordé !
    Ensuite, on te fait attendre dans un petit coin, pas bouger ! ^^

    Puis, on fait une batterie d’examens qui servent plus ou moins à rien, avant de te laisser languir pour les résultats et finalement vers 3h du matin, t’annoncer fièrement que c’est bon on peut rentrer, sans savoir réellement ce que Loulou avait, le truc pour lequel on est venu à la base..

    Oui, je crois honnetement que l’hopital, les urgences, ça craint vraiment !

  14. Jamais expérimenté l’hôpital pour Petit bonhomme et je touche du bois et de la peau de singe (Mon chéri, viens à côté de moi !! lol). J’espère que les résultats vont arriver vite car je pense que c’est le plus stressant, l’attente.

  15. Il y a une semaine

    On a testé les urgences il y a une semaine pour Tipou…

    Gastro qui n’en finissait pas, perte de poids et cie. Au final après avoir patienter pas trop longtemps (deux heures) on nous a dit qu’il faisait le bon poids, et qu’il avait rien peru (putain de balance de la pharmacie qui nous annoncait 9OOgr de moins…)

  16. Testé la semaine dernière, urgence maternité pour moi et ça s’est super bien passé (si ça t »intéresse c’est le sujet de ma dernière note)… On m’a beaucoup parlé de ce qu’il allait se passer etc… personnel sympathique.

  17. hé ben !

    Lectrice régulière n’ayant jamais posté, là je me dois de laisser un petit com.

    Mon expérience de l’hosto est plutôt positive. choupinette, 5 mois en novembre nous a fait une pyélonéphrite. Arrivée aux urgences pour 41° de température, après conseil du samu (ben ouai, j’y vais pas pour rien!)prise en charge nickel, hospitalisation, parfaite (chambre individuelle), équipe sympa aux urgences comme en service. Info en temps et en heure.
    Bon d’accord, dans la case profession, j’écris infirmière mais les soignants ne regardent quasiment jamais les papiers qu’on rempli avec tous les renseignements administratifs….

    Ceci dit à l’hôpital, on est des patients, ça veut tout dire !

    Ah oui,c’est l’hôpital pédiatrique de Clermont Ferrand.

  18. Et ben, c’est dingue de l’hospitaliser comme ça sans rien vous dire de précis… Pfff tu dois être bien soulagée d’être de retour chez toi ! Bon puis comme les autres, je me demande ce qu’il a au juste et pourquoi il a fallu aussi longtemps pour écarter une rougeole ! Tiens-nous au courant ! Bises

  19. @ doudou, oh là oui, aucune envie de me laisser faire!

    @ Lilie, bah vu comme c’est parti vite finalement, je ne suis plus inquiète!

    @dansla peau d’une fille, et les urgences, ça allait?

    @ange étrange, oui, ça m’interesse! je viens te lire!

    @ Mag, clairement, ça me fait plaisir de voir que ça peut aussi bien se passer! Je ne veux pas laisser comme message que ça se passe mal à chaque fois, mais là, c’était mon expérience! Mais si ça se passe super bien, la prochaine fois, je louerai les infirmières, les docteurs et l’hosto (j’aimerais pouvoir écrire un article aussi merveilleux, si je dois absolument retourner là bas!)

    @mavie de mère, oui, mais qui dit que leur balance est la mieux??? L’important, c’est finalement celle ou tu le pèses régulièrement! Bon, en tout cas, cool que vous n’ayez pas eu à rester!

    @swettylux, il pète le feu!

    @ TPBB, oui, c’est ça qui m ‘a exaspéré en fait: rester là bas pour RIEN!!!! Je vous dis dès que je sais!!!

  20. @ Cath, je t’envoie tout plein de courage et de soutien.

    @Chocophile, je touche du bois pour toi alors!

    @ Aggie, du rab de dessert…punaise, j’ai même pas eu droit à un ptit suisse, moi!

    @working mum, et non, toujours pas!

    @ Anne, Caroline m’a raconté un peu sur FB (en Russie aussi)…l’angoisse, c’est clair…

    @ une maman créative, qu’est ce qui s’est passé dans le public? En Espagne, ça doit être pire qu’en France, aussi…

    @ La Farfa, c’est dingue quand même toutes ces « anecdotes »…ça fait flipper…

    @ Aurélie, ça fait assez d’histoires pour te degouter complètement…

    @Zaza, je pense effectivement qu’on gardera ça en souvenir toute notre vie…heureusement que les enfants font vite l’impasse…

    @ Sun, le manque d’infos, oui, c’était le pire…

    @ Mum dolce, ah oui t’inquiètes…à part les bronches toujours prises, il est en super forme!!! (c’est moi qui subis le contre coup!)

    @ Anaou, ça fait plaisir d’avoir une hisotoire positive, merci!

    @laetibidule, plus de boutons, merci!

  21. @ l’heure bleue, 2 mois…pffff, j’y ai pensé je ne sais combien de fois…nerveusement je ne sais pas comment j’aurais supporté plusieurs jours…même si forcément j’aurais dû m’organiser autrement (et que j’aurais pu changer de culotte, quoi.)

    Ce n’est pas vraiment dans mon tempérament que d’aller chercher les gens par la peau du derrière pour avoir ce que je veux…mais je pense que la fatigue, l’angoisse et le stress donnent des ailes parfois (bon, en fait, c’est vrai, je ne me laisse pas faire facilement)

    Cela étant comme tu le soulignes, je comprends parfaitement que le personnel médical n’ait pas toujours des moments faciles…la première fois, aux urgences, j’ai même proposé au doc de lui amener un truc à manger, tellement elle n’en pouvait plus. Je peux le concevoir…là, ils se tapaient la discute dans le couloir à se demander des nouvelles de truc et de machin…alors que moi, je voulais des nouvelles de la santé de mon fils, ça m’a juste enervé!!!!

  22. Pas facile de créer un climat de confiance dans ces conditions…

    D’un côté notre angoisse face à la maladie, face à un environnement inconnu… De l’autre des soignants compétents mais parfois blasés, stressés, fatigués qui en oublient qui ne soignent pas une maladie, mais un enfant, nuance. Violence institutionnelle !

    Tu as eu une bonne réaction en demandant avec force des explications et du respect de leur part. Mais c’est toujours d’hommage d’en arriver là, n’est-ce pas ?

    Dans les 2 mois d’hospitalisation de ma fille, je m’étais jurée de ne jamais m’endormir le soir en ayant une question en suspend.
    Malgré 60 jours de bonne communication avec l’équipe médicale, il y a eu un soir, un seul, mais qui marque à jamais, où une médecin, épuisée d’une garde de 24 heures avec beaucoup d’urgences graves à gérer, m’a pris de haut en me disant :

    « Écoutez, je n’ai ni le temps, ni l’énergie de vous répondre. Mes collègues ont sûrement dû vous expliquer, alors, s’il faut vous le répéter, ça attendra demain. »

    J’ai eu envie de lui répondre :

    « Comme vous, cela fait 24 heures que je n’ai pas dormi. Ma fille est peut-être en train de mourir , cela nécessite donc ma présence permanente, alors moi aussi je n’ai ni le temps, ni l’énergie de me battre avec vous. Personne ne m’a expliqué ce qui se passe, alors oui, il faut me l’expliquer, et NON ça n’attendra pas demain ».

    Seulement je suis restée scotchée par sa réponse, et le sourire qu’elle avait quand elle l’a prononcé. Cette femme, qui m’avait si bien accompagnée, qui avait été si disponible durant ma grossesse, n’est pas non plus une super-woman. Y’a dès fois où elle n’en peux plus, comme nous tous…

    Ce soir là, je me suis couchée en pleurant ‘et en la maudissant un peu, allez, je l’avoue ^^). Je ne l’ai jamais revue depuis. C’est mon plus gros regret de toute cette hospitalisation.

    Alors oui, j’admire ta belle gueulante ! Parce que dès fois, explosé comme tu l’as fait, ça a le mérite de faire comprendre que cette situation, qu’ils vivent quotidiennement, n’est pas normal.

    La santé de nos hôpitaux est parfois tous aussi préoccupante que la santé de nos bambins.

    Pardon, je viens de remarquer que j’ai écrit un roman. ^^

  23. J’ai testé la même chose et ce à plusieurs reprises,(et toujours sur plusieurs jours tant qu’à faire!) avec mes deux plus jeunes et en Allemagne (dur dur quand en plus, on ne comprend pas tout ni ne peut poser les questions qui nous taraudent!!) Donc mauvais souvenirs pour moi…

    Ton petit bout, il n’aurait pas le virus « pieds-mains-bouche »? Je ne connaissais pas ce virus avant qu’il ne fasse son apparition à l’école il y a deux semaines…boutons sur les mains, les pieds et dans la bouche,comme son nom l’indique!

    Bonne soirée et bon courage!

  24. je crois que chaque cas, chaque situation est différente

    Les urgences et la pédiatrie, j’y ai un abonnement avec mes 5 loustics

    Le grand a fait trois séjours long les 3 premier mois pour une laringomalaxie, bref le cartilage trop mou qui au moindre rhume donne une détresse respi aigue, donc mise sous O2 casch. à l’hosto local, supper prise en charge. Un couac à l’hosto de stras où ils ont fait des examins plus poussé et où il m’ont laissé sortir sans plus de détails. J’ai pris le loulou sous le bras, j’ai filé ici et j’ai pleuré sur l’épaule du pédiatre qui m’avait envoyé là bas ! Coup de fil de toubib à toubib, celui d’ici a engueulé celui de là bas, en dix mn j’avais les résultats

    la n°4 a passé deux mois en pédiatrie pour une péritonite, départ en vsav, acueil réglo, supper prise en charge, j’avai mes entrées à toutes heures dans le service

    Faut dire que c’est une structure à taille humaine (avec des soucis de budjet) mais où les gens sont encore humain, où la secrétaire du gynéco te tape la discute quand elle te croise au rond point, où le toubib de garde aux urgences te dis bonjour quand il te croise au cinéma… et où je suis déjà passé par tout les services en 20 ans

    rien à redire
    Mais pas le même ressenti dans les grandes supper structures : t’as juste l’impression que t’es un numéro entre deux piles de dossiers urgents à traiter

    Bonne chance avec le gnome et bonne continuation

  25. Testé, re-testé, re re testé et re re re testé…

    ger Comme je te comprends… Tu fais écho à notre propre expérience. Après 4 hospitalisations en 6 mois pour des insuffisances respiratoires liées à des bronchites asthmatiques, nous commençons enfin à respirer (Bon, en même temps, on est devenu des pros, on connait le traitement, on lui fait sa kiné et tout et tout!). Mais j’ai plusieurs anecdotes au sujet de ces diverses hospitalisations:

    – « Si vous étiez venus plus tôt, on évitait l’hospitalisation Madame. » –> euh… ça fait 2h30 qu’on est dans la salle d’attente…

    – « Mais avant de venir, vous avez été consulter votre médecin traitant? » –> On est dimanche!
    – « Mais vous y avez été? » –> On est DI-MAN-CHE!

    – Lors de la dernière hospitalisation, quand AXel avait 20 mois: « Mais enlevez-lui ce biberon de la bouche, il ne va quand même pas boire au biberon jusqu’à ses 6 ans! » –> Et là, enceinte de 4 mois (hormones au max de chez max!!!) et après presque 48 heures sans dormir, j’ai explosé: Mais pour qui vous prenez-vous? De quel droit vous permettez-vous de me juger alors que vous ne me connaissez pas. Nous ne sommes qu’un numéro de dossier pour vous. Il serait temps que vous traitiez vos patients avec respect. Et au lieu de vous occuper de son développement psychologique et psychomotricien, je vous prie de lui trouver un traitement efficace évitant les récidives et de nous donner un protocole digne de ce nom. Je n’ai pas fait médecine et je ne me permettrais pas de juger de votre compétence alors merci de ne pas juger mes décisions de parents. A chacun son rôle. Alors au lieu de perdre votre temps et votre énergie à me culpabiliser, merci de me donner de VRAIES information avec une VRAIE transparence.

    Et bien, ça défoule!!!

  26. Pauvre petit Niaf, ça me fait mal de le voir avec ce gros bandage… Enfin, tout est (presque) fini, heureusement J’ai quand même rigolé en voyant la dernière photo… Personne n’a remarqué que la petite copine du Niaf avait mis ses chaussures à l’envers !!!
    Bisous

  27. @ Cécile, rho oui, quand on ne comprend pas, ça doit être encore pire…non, pas le syndrome pied main bouche, l’hypothèse a été écartée assez rapidement…

    @ Catherine, y’a pas de petit hosto par chez moi…je regrette!

    @ Céline, c’est dingue qu’il faille finir par gueuler pour se faire entendre…bon, et j’ai vu qu’Axel testait l’otite, aujourd’hui…bon courage!

    @ Vlynette, j’ai remarqué…une fois que la photo a été mise sur le blog! (la pauvre, une semaine qu’elle était à l’hosto, elle…)

  28. Finalement, c’était une fausse alerte… Plus de fièvre, plus rien! Chouette, je vais peut-être atteindre mon objectif: 0 jours enfant malade en février!!!

  29. arf l’hôpital on connais bien, ça a commencé par la réa nénonat après sa première opération puis les soins intensifs….bon là tout s’est bien passé….premier bébé et des parents en détresse ils ont pris des pincette. La chir qui est venu dans ma chambre de maternité pour m’expliquer et me faire un dessin de l’opération, et elle même qui m’a appelé une fois l’opération terminée. La seule chose que je leur reproche, c’est l’attente interminable sans aucune nouvelles de mon bébé….à peine né on me l’arrache alors je n’ai pas accepté qu’on me dise qu’il rentrerais au bloc à 11h et que la seule nouvelle que j’ai eu soit à 18h pour me dire que là oui c’est bon …il file au bloc…ouai m’enfin tout ce temps que j’aurais pu passer auprès de lui bref l’impression d’être passé à côté de quelque chose…un sentiment de négligence quoi. Bref j’ai quand même poussé mon coup de gueule.
    La fois suivante (encore pour opération) tout s’est bien passé…on est resté 5jours, aux urgence on nous a mis dans un coin loin des microbes (car bébé avais 1mois) et il a été pris de suite.
    la 3e fois j’ai tout simplement pété un plomb, pour faire large il a fini en réa, tous les test ont été fait pour savoir ce qui a pu provoquer ce séjour en réa….bref une attente interminable un médecin qui dit « je passe tout à l’heure » et que je vois défiler devant la chambre et se barrer tout simplement sans même me dire ce qu’il arriverais à mon bébé. Nous somme quand même restés 1mois là bas dans l’attente de l’opération par sécurité, Presque une semaine en réa, et ensuite il a fallu attendre quelques jour avant qu’elle se décide enfin à venir me voir….parce que j’ai pris en grippe un de ses étudiants, c’est le seul qui était là , manque de chance je lui ai mis un gros coup de pression….je veux bien comprendre qu’à l’hôpital ils sont submergés par les inquiétudes des parents ça je m’en rend compte….mais mon tout petit là qui a fini en réa….et on nous dit qu’il ne peux pas rentrer c’est trop dangereux il se fera surement opérer…mais on attend les résultats des examens pour être sûr (un parce qu’un séjour en réa pediatrique apparement ça ne suffit pas) et on attend plusieur jours alors que les résultats sont là et personne pour nous dire quoi que ce soit il y a de quoi péter un plomb. et puis j’ai fini par comprendre qu’à l’hôpital c’est comme ça que cela fonctionne. Bref il a fini par se faire opérer après 1Mois d’hospitalisation d’attente…(apparement pas de possibilité avant hein) retour en réa « au cas où  » bingo encore un truc qui ne va pas et là les médecins incapables de mettre un mot sur ce qu’il a ….et nous disent « on attend les résultat » j’ai dû râler une fois de plus et leur sotir les vers du nez pour qu’ils nous avoue qu’en fait oui ils ne trouvent pas la cause et on dit « un virus » Bref on a quand même fini par rentrer à la maison un bébé en pleine santé ouf !
    par la suite le mot « virus » je l’ai entendu à toutes les sauces et on lui a même diagnostiqué une nouvelle maladie….rare qui plus est….finalement il s’est avéré que l’interne là aux urgences elle qui ne finissait jamais ses phrase qui n’avais pas l’air de savoir ce qu’elle disait….avais tout simplement commis une bourde …heureusement cette maladie rare pas trop grave n’était pas contraignante au niveau des examens….mais je lui aurais bien fait bouffer son stétoscope.
    la dernière fois il devait être perfusé, nous somme quand même arrivés à midi….les infirmière ont eu beau insister auprès des médecins….ce fût qu’à minuit qu’elles ont eu eu le feu vert….et navrées elles ont réveillé le petit avec une crainte que je râle contre elles….m’enfin elles y sont pour rien elles ont été super !
    Depuis je crois qu’ils ont noté dans le dossier de mon fils « faut pas faire chier la mère » ….car je n’ai plus jamais eu de souci, et la franchise a été de rigueur.
    l’hôpital c’est comme ça il faut râler, on m’a même dit une fois « si les résultats ne montrent rien on n’appelle pas…. » en gros on nous laisse mariner dans notre inquiétude !
    voilà mon expérience dans les hôpitaux et le service des urgences je me rend compte que c’est un vrai roman 😮 !

    1. Whaou, quel témoignage…c’est fou tout ça…enfin, j’espère que ton fils va bien, va mieux (à part les séances de kiné…) C’est l’impression que j’en ai eu aussi, t’es rien qu’un numéro jusqu’à ce que tu gueules plus fort que les autres, et c’est fort dommage…Même si malgré tout on rencontre des infirmières et des donc supers, le fait qu’ils soient totalement overbookés ne les aide pas à nous traiter humainement…

      1. oui voilà on est qu’un numéro c’est tout à fait ça. Oui en tout cas il va bien merci 🙂 mais bon c’est fou ce que les petits regorgent de courage, c’est eux qui nous soutiennent finalement. en général oui les infirmières sont super (sauf celles qui sont de nuit qui défilent toutes les 3h en braillant tout leur programme de leur journée sans se demander si les gamins dorment :/) et un peu malmenées par les internes….mais par chance quand on demande un chef de service ça les stress un coup et là tout de suite on se sent un peu plus pris en considération 🙂

  30. Bonjour,

    Je viens de lire ton article (cela ne fait pas longtemps que j’ai découvert ton blog) et pour mon fils (qui a maintenant 18 mois), nous l’avons emmené 2 fois aux urgences pédiatriques qui se trouve à Bry sur Marne (Hopital Sainte Camille) et cela s’est très bien passé.

    Je ne fais pas de la pub car je n’ai pas d’action chez eux mais je pense que c’est bien de savoir où se trouve un bon hôpital pour enfants.
    Nous avons été pris en charge très rapidement, les infirmières sont bien aimables, les pédiatres très a l’écoute et sincèrement je n’ai pas été déçu.

    De plus, à l’entrée, il y a un local pour les médecins de garde qui sont là pour soulager les urgences (SAMI), nous y avons été une fois et nous avons attendu 10 min à tout casser!
    Les horaires :
    du lundi au vendredi de 20 h à minuit
    le samedi de 16 h à minuit
    le dimanche et les jours fériés de 8 h à minuit

    Ce que nous faisons surtout, avant d’aller aux urgences, nous les appelons pour avoir l’avis d’un pédiatre en ligne. Il nous dit s’il faut y aller ou non et s’il y a du monde, nous dit d’aller au SAMI.

    Voili voilou pour l’info 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.