«

»

Youpi, la rentrée est finie!

rentrée est finie

Nan, parce que quand même, c’est un sacré challenge de sortir indemne d’une rentrée. Toute la famille est mise à contribution pour que ça passe, sans trop de casse…

Déjà, une rentrée, ça se prépare. Genre au moins deux mois à l’avance pour le Niaf, avec une période d’adaptation aussi longue que le procès de DSK. A base de 1 quart d’heure par ci, 2 heures par là…une journée entière? Mais on ne va pas survivre, Bibounet d’amour et moi… Ah, ben si. A un moment,dans l’aprem, je me suis même demandé comment il s’appelait. (ah oui, Niaf, c’est bon.Ouf. J’imagine le soir à la crèche. « Bonjour, je viens parce que j’ai déposé quelqu’un ce matin. Un ptit blond, je crois. Vous l’avez? Vous pouvez me rappeler son prénom, que je l’appelle moi-même? Aaaaah, merci. Niaf, c’est ça. Je l’avais sur le bout de la langue, mais bon, vous savez comment c’est, les prénoms, y’en a tellement…Non, ça ne l’aurait pas fait. N.B: penser à garder le livret de famille dans le sac à mains, au cas z’où.)

Si tu veux savoir, ça s’est bien passé.Le niaf a un copain de son âge. Les tatas de la crèche tremblent déjà devant ces deux caïds en puissance. A priori, hier, ils se sont raconté leurs vies pendant des heures, ils ont polémiqué sur tout un tas de sujets. Et puis ils se sont montré, chacun leur tour, toutes les conneries qu’ils avaient apprises pendant l’été. Cool.

Par contre, y’a un point qui me hérisse le poil: le niaf SENT la crèche. Pas que ça schmoute, hein, mais c’est une sensation étrange.C’est pas son odeur à lui. Elle est où l’odeur de mon bébé? (non, pas celle de la couche ouverte, celle là, c’est ok.) Alors hop, au bain direct. et qu’ça mousse. Et vite, hein. 18h34, le niaf en pleine forme se fait une fiesta post rentrée. Chéri, c’est pas un chapeau, c’est un seau. 18h42, le niaf s’endort sur son bib. Yeah, trop bien la crèche! 18h46, sieste terminée, niaf requinqué. Et merde. Faut que je pense à dire aux assistantes maternelles que je refuse qu’il fasse la sieste en journée. Non mais, qu’elles croient pas qu’elles sont payées pour regarder mon niaf dormir, non plus.

Pour lui, c’est fait. Pour la niafette, c’était plus hard. Parce que cette gamine a un énooooooooorme souci avec le changement. Et que là, sa Thia d’amour (moi) reprend le boulot. Sa maîtresse change (et n’est même plus dans l’école) , ses deux meilleures copines depuis la crèche ont déménagé. Au final, ça l’a fait, mais l’avant école, ça donné ça: 

– 4h15 (du mat) : Niafette va faire pipi. Elle déménage sa chambre aussi, j’ai l’impression.

– 5h19: Il y a un monstre avec un doigt crochu à la fenêtre de sa chambre. Bon. Comme il me reste une heure à dormir, on va pas partir à la chasse au monstre tout de suite. Viens t’ étaler en plein milieu du lit parental et nous ronfler dans les oreilles, chérie. De toute façon, j’avais plus tellement sommeil.

– 7h03: Niafette me souhaite une bonne rentrée. Elle espère toujours que je change d’avis et que je l’emmène avec moi, dans ma classe, qui est teeeeeeeeeeeellement mieux que la sienne et qu’avec moi elle n’aurait pas peur et on rigolerait bien ensemble. Non Niafette, je refuse qu’on soit 24h/24 ensemble (et de t’emmener à l’école à 20 bornes de la maison les jours où moi, je ne bosse pas.)

– 7h32: Niafette a trèèèèèèèèèèèèèès mal à la gorge. (ça doit être le monstre de la fenêtre qui lui a refilé son rhume. Salaupard, va.)

– 8h10: Niafette est dans la voiture et dit à Papaniaf: « Bon, Papa, j’ai une question à te poser. Est-ce que c’est vraiment, vraiment important, l’école? » Oui, niafette. Et j’ai envie de te dire que là, t’en as pour 12 ans, si tu continues à croire en ton projet professionnel (caissière).Sinon, selon les cas, ça pourrait même te coûter encore plus cher.

– 19 h07: Niafette rentre de chez ses grands parents. Claquos. Heureuse. En fait, le monstre de la fenêtre, c’était une blague. Elle a plein de copains mais elle ne se rappelle pas des noms. Mais ma Thia, comment ils sont tes enfants?

Mes « enfants » sont cool. La journée est passé à une vitesse hallucinante. J’avais oublié à quel point j’aime ce métier. J’avais oublié les premiers rituels, les gamins qui entrent petit à petit dans une comptine, ceux qui t’interrompent au beau milieu d’une explication pour te dire que « bah moi, j’ai fait du poney avec mon cousin. »

J’avais oublié les enfants que tu consoles juste en leur disant que tu adoooooooooooores la fleur/la voiture cousue sur le manteau. J’avais oublié la timide, qui te fait mentalement une analyse comparée des différents carreaux de carrelage de la salle de classe. J’avais oublié le gamin qui se met à hurler en salle de motricité parce que tu as dit de courir pour échapper au loup (« mais moi, j’ai peuuuuuuuuuuuuur du loup!!! »). J’avais zappé ceux qui te testent, que tu remets en place, ceux qui se marrent quand tu racontes des histoires. J’avais oublié, mais ça revient vite. Et c’est juste KIFFANT.

Et puis, ma rentrée a été différente, parce qu’après un an passé de l’autre côté de la porte de classe, j’ai mieux accueilli les parents et leurs angoisses.

Par contre, le n’Am espère que je ne vais pas partir dans des projets de dingue tous les quatre matns. Parce que passer le week-end à découper 8 planches de 64 boutons en papier, bah lui, il ne trouve pas ça KIFFANT.Je crois qu’il est jaloux, parce qu’hier, personne ne s’est soucié de sa journée…

Mais  t’inquiètes n’Am: youpi, la rentrée, c’est fini!!!!

maman bavarde

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>