Je suis venue te dire qu’il est prêt. Publié. J’ai lâché sa main, même si son ombre plane toujours au dessus de moi. Mon roman. Celui par lequel j’aurais pu commencer si j’avais eu le courage.

Il y a 3 ans, j’ai commencé à écrire ce livre. Mais la situation était compliquée à l’époque, les sentiments encore trop présents. Alors je l’ai emballé de regrets et gardé au fond d’un tiroir, pour un jour, peut-être…

Entre temps, j’ai réussi à mettre le point final à La collectionneuse de ciels. A me dire que j’étais capable de commencer et de finir un roman. La collectionneuse est venue jusqu’à vous, vous l’avez aimée et m’en avez fait de si jolis retours que parfois, je me demandais si on parlait bien de mon livre, celui que j’avais écrit.

Vous m’avez donné la force d’y croire, et de ressortir les vieux brouillons. Cela n’a pas été tous les jours facile. “Je suis venue te dire”, malgré le ton léger que j’ai voulu lui offrir, parle de sujets bien plus profonds. La relation père/fille, l’accompagnement de fin de vie, le deuil, la résilience, la peur de la mort et de l’abandon, la confiance en soi…

Mais je peux le dire, je suis aujourd’hui armée pour le soutenir, ce projet. Je l’aime et je crois en lui.

La couverture est poésie à elle toute seule. Créée par l’artiste Natacha Birds, elle fait écho au texte, tant dans l’image visible que dans les métaphores que Natacha a posées du bout de son pinceau.

je suis venue te dire

Je suis venue te dire est désormais prêt à vous rencontrer.

Auto-édité, il est disponible pour le moment seulement sur Amazon où il participe au concours des nouvelles plumes francophones… autant vous dire que chaque emprunt en abonnement Kindle, chaque achat, chaque commentaire va compter ! J’attends vos premiers retours avec appréhension mais impatience.

je suis venue te dire

Je suis venue te dire :

L’histoire : Après dix ans d’absence, dans une ultime tentative de s’affranchir de son passé, Rose revient à Chantilly. Cette fois ci, son géniteur ne pourra pas fuir. Hospitalisé en soins palliatifs, il devra s’expliquer et vite : ses jours sont comptés. Mais la situation échappe à la jeune femme lorsqu’elle découvre qu’il ne pourra pas lui répondre, seulement l’écouter. Ses souvenirs de petite fille ainsi que ses choix d’adulte l’aideront-ils à se livrer, à se découvrir, et à enfin se trouver ? Et si elle était plus forte qu’elle ne veut bien l’admettre par peur de se décevoir elle-même ?« Je suis venue te dire … » est un roman contemporain résolument optimiste, où le deuil côtoie l’espoir et où la mort offre parfois le courage d’oser.

15 euros en version brochée ici , dans quelques librairies partenaires ou sur Amazon

4,99 € en version ebook ici pour Amazon, mais aussi sur Kobo, Bookelis, La Fnac ou de nombreuses autres plate-formes.

3 Commentaires

  • Luis 22 décembre 2019 à 15 h 25 min

    Chère Cynthia, le plus gros compliment que je puisse faire, c´est que je viens de lire tout le livre. Car c´est très rare que ca m´arrive et je dois dire que tu m´aie impressionné. Même si fort qu´il a déclenché un rêve où j´ai rencontré mon père afin de lui dire quelque chose, moi aussi….et ca en dépit qu´il est mort depuis 1977!! Ce qui me prouve – en outre – qu´il est immensement nécessaire qu´on se parle.
    Donc, continue!
    Amicalement Luis
    PS: Je ne suis pas autorisé à faire commentaire chez Amazon 🙁

    Répondre
    • Cynthia 8 mars 2020 à 17 h 02 min

      Merci Luis… au plaisir de s’en parler de vive voix !

      Répondre
  • Rencontre à Escale en bord de page. — Cynthia Kafka 10 mai 2020 à 22 h 40 min

    […] y a eu cette cousine venue chercher Je suis venue te dire pour Ludivine qui l’avait appelée à la rescousse. Il y a eu des viennoiseries et du jus […]

    Répondre

Vous avez un message ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :