Biarritz, sous ton ciel enchanteur, j’ai connu le bonheur.

 

Je suis partie de ma Picardie un mercredi par moins 35 degrés, en me demandant pourquoi Luis Mariano avait chanté Biarritz mais pas Beauvais ou Creil, tiens.  Un week-end de folie m’attendait, j’avais même pour y aller refuser de manger des plats concoctés par Florent Ladeyn. (ouais, je voulais le placer quand même.) 

D’un commun accord avec mes acolytes, on n’avait pas ébruité le séjour sur les réseaux sociaux pour ne pas se coller le mauvais oeil ( c’était déjà un point commun entre nous, vouloir éviter la poisse qui nous colle un peu trop souvent.) 

Je crois, avec le recul, qu’on a vraiment bien fait de ne pas en parler. Le mercredi soir, alors que je transitais à Paris chez mon amie Isa, elle s’est cassé la cheville en descendant UNE marche. Ambulance, urgences, plâtre, fauteuil roulant. C’était bien parti ce petit week-end. 

J’ai quand même pris le train, rongée par la culpabilité de laisser Isa avec sa cheville en vrac et ses anti-douleurs. Pendant ce temps, Ginie découvrait les premiers boutons d’une varicelle sur son bébé presque tout neuf, tandis que Serena commençait à angoisser sérieusement. (imagine donc si on s’était attiré la scoumoune ce que ça aurait pu donner.) 

Et pourtant, dès le jeudi soir, affalée dans le canapé de Ginie à renommer toute sa famille, du mari presque tout neuf en Ducros à la chienne en Dory, comme si je vivais là depuis des mois, j’ai su qu’on allait passer un moment unique. 

Note que je le pressentais déjà en découvrant la  sélection d’hôtels thalasso et spa dans le sud ouest, et en apprenant qu’on irait loger au Régina de Biarritz. Mais là, dans ce canapé, à manger des hamburgers et à se raconter nos vies jusqu’à pas d’heure, c’est devenu une certitude. 

Quand j’ai vu le regard de Serena se poser sur mes cheveux brasero (il faut de la couleur aux myopes pour discerner les gens), et que j’ai entendu son petit cri, j’ai su que voilà, il ne manquait plus que Sophie, et on y était. Plus rien ne pourrait nous atteindre. (à part le Picasso de Ginie si un poteau ne l’avait pas empêché de reculer encore.) (que personne ne s’inquiète, la portière était déjà défoncée AVANT le choc.) 

Pendant ce séjour, on a fait le plein. 

Le plein de nos batteries un peu trop à plat, le plein de bonne humeur, le plein de rires, le plein de graisse pour passer l’hiver aussi. On a fait le plein de bonheur, de folie, de joie, de déconnade.

nous-4-biarritz-suite

SUITE_BIARRITZ

On s’est pris quelques claques émotionnelles, passant du fou-rire aux larmes. 

Tout a été à l’image du Régina : immense, splendide, grand luxe et simple à la fois. Tout a été à l’image de Biarritz : doux, sublime, rassérénant, vivifiant. 

régina-suite

coucher-de-soleil-biarritz

De nos selfies mouillés à nos plongeons dans la piscine, de mon baptême de gobage d’huître à ce foie gras qui me fait encore saliver, de ce massage exquis à nos sauts de gamines sur la plage, de nos confidences dans le petit salon à nos éclats de rire en terrasse de café, je peux l’affirmer sans aucune retenue : ce week-end nous a fait un bien fou. Une cure de jouvence, une cure de vie, une cure de rire. 

biarritz-régina-psicine

 

restaurant-régina-biarritz

régina-biarritz

Processed with MOLDIV

On est prêtes à remettre ça. Encore, et encore, et encore. 

C’était BERTIGNAC. (oui, on renomme même des émotions inexplicables.)  

(et pour en savoir plus, parce qu’elle l’a si bien écrit que c’était compliqué de ne pas être redondante, file lire LES articles de Serena. )

Oui, on a même créé un GIF d’amitié. 

saut

make animated gifs like this at MakeaGif

Et pour la vidéo à l’image désynchronisée des voix mais aux 20 défis réussis haut comme la vague qui nous atteint par derrière, c’est là (nefin les 2 premières minutes, You tube m’a foiré les 5 suivantes, … viens on dirait que c’est le teasing et qu’il faut revenir demain pour la suite !) : 

( et comme je galère, voici la vidéo de Serena ) :

Biarritz, sous ton ciel enchanteur, j’ai connu le bonheur. Et j’ai compris les paroles de Luis Mariano.

Ah, et aussi, je suis tombée amoureuse d’un phare (à on) et en amitié pour ces trois nanas en or. 

phare-biarritz
IMG_4963

Un immense merci à Thalasseo pour cette opportunité magique et au Régina pour cet acceuil si adorable et chaleureux. Biarritz, je reviendrais. 

8 Commentaires

  • DelphineM 14 février 2016 à 10 h 13 min

    Merci pour ce partage 🙂
    Je vous suis toutes les 4, j’ai les bouquins de Sophie, Ginie et Serena.
    Oui oui oui une vraie fan.
    Un peu envieuse car j’ai tenté un blog (il y a 10 ans) mais pas assez confiance en moi, peur d’être jugée…
    Votre amitié fait plaisir à voir, elle donne du baume au coeur.
    Vous êtes vraies et ça se sent dans chacun de vos post et dans ces vidéos.
    Ne changez rien!!!!!!!

    Répondre
  • Danièle 15 février 2016 à 9 h 44 min

    j’ai pleuré de rire, de joie, d’émotion. Après avoir séché mes larmes, je me suis dit que vous étiez des filles sensass et que j’étais jalouse de votre complicité. Je vous kiffe grave!

    Répondre
  • maman est occupée 15 février 2016 à 9 h 47 min

    Quand tu connais Creil et Beauvais, tu comprends vite pourquoi Luis Mariano n’a rien chanté les concernant. Par contre, pour Amiens, vraiment, je ne comprends pas 😉

    Répondre
  • Fred Une Souris Bleue 15 février 2016 à 15 h 40 min

    Tu me fais rêver ! Le cadre est magique mais c’est votre amitié qui rend tout ça magnifique ; )

    Répondre
  • Vlynette 16 février 2016 à 0 h 59 min

    Et Florent Ladeyn… il s’en est remis de ne pas te voir ? 🙂

    Répondre
  • Emmanuelle 17 mars 2016 à 23 h 22 min

    Bravo à vous quatre j’ai les larmes au yeux 🙂
    jolie cadre, très belles photos

    Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :