Quand je pense à l’enfance, j’ai la chance d’avoir dans la tête plein de moments magiques, remplis de sourires, de rires, de cabanes faites avec le cousin, de promenades avec ma p’tite cousine, de repas animés avec la famille…

Une part de mon enfance se déroule en Corse, dans le camp de vacances où bossait mon beau-père pendant les saisons estivales.

Figaretto, les pieds dans l’eau, un hâvre de paix où les familles se retrouvaient, été après été, où les voitures n’avaient pas droit d’accès, où on dormait dans la paillotte 314 mais dont on sortait dès le petit matin…Ma copine de vacances, Elisa, et moi, on se retrouvait au bar, autour d’un cacolac (huuuum , le goût du cacolac !) avant de partir sur la plage. Le midi, c’était self, la table des enfants réservée, à moins qu’aujourd’hui on ait l’envie de manger avec nos parents…parents qu’on croisait de temps en temps ici ou là, sur la plage…à l’heure la plus chaude, on allait répéter les spectacles qu’on jouerait, le vendredi soir venu, au spectacle des enfants du camp… Tes parents vont visiter Bonifacio mais tu veux rester ? Pas de souci, les autres parents sont là, la solidarité aussi…

Tous les adultes te connaissaient, te souriaient, te demandaient si t’avais besoin de quelque chose…

Et puis surtout, Figaretto, c’était l’arbre à sucettes. Le vrai, le seul, l’unique…Celui qui se trouvait derrière les cuisines, énorme, gigantesque, altier, avec sur son tronc, des petits trous qui permettaient aux sucettes de pousser, tous les matins. L’arbre à sucettes généreux, qui délivrait, chaque jour, une sucette pour chaque enfant. L’arbre à sucettes qui, on le savait, arrêterait de nous donner notre dose quotidienne de sucre si on prenait la douceur de quelqu’un d’autre…une et c’est tout…L’arbre à sucettes qui fabriquait les meilleures sucettes du Monde, parce qu’elles avaient un goût de magique, un goût de rituel commun, un goût de reviens-y tous les matins…

T’es allée à l’arbre à sucettes ? Non ? je viens avec toi !

Des années plus tard, j’ai appris qui mettait les sucettes là, tous les matins, bien avant que les enfant soient levés…et puis je suis retournée à Figaretto, où l’arbre n’existait plus…

Mais dans mon cœur, les sucettes poussent toujours sur un arbre corse,et l’arbre à sucettes a toujours le goût de l’enfance, du petit paradis des vacances…

23 thoughts on “Les sucettes poussent sur les arbres.”

  1. Très joli souvenir, j’en ai l’eau à la bouche… Mais non je ne vais pas sortir des sucettes, sinon y’en a 2 qui vont me tomber dessus !

  2. Trés joli texte! Je reviens moi aussi 25 ans en arrière et le souvenir des pâtes de fruits Léo de la boulangerie me reviens à l’esprit…. J’aime la douceur de l’enfance! Encore merci pour cette belle histoire de l’arbre à sucettes!

  3. j’aime beaucoup ce récit de ton enfance qui me rappelle beaucoup de choses, aussi en Corse. qu’est ce que c’est agréable de se replonger en enfance, merci maman bavarde et en plus j’adore les sucettes et si en plus elles poussent sur un arbre, elles doivent être encore meilleures!!!

  4. Je viens de tomber sur votre Blog … Après en avoir lu quelques pages , je vous mets direct dans mes favoris … et les sucettes aussi !!!! direction facebook ! Merci pour ce joli texte !!!

  5. Merci à toutes de votre participation…et cool si ça vous rappelle des moments d’enfance!

    Les autres, continuez à commenter pour le tirage au sort!

  6. Je commente mais pas pour les sucettes !!! Celles de l’arbre à sucettes sont irremplaçables… et ton récit m’a replongée plus de 20 ans en arrière, c’était terriblement émouvant… Bravo et gros bisous

  7. Ahh l’enfance…Moi qui suis originaire de Marseille j’ai grandi bercé par la sucette marseillaise, je ne sais pas si vous connaissez. Un vrai régale! Nous avons chacun nos merveilleux souvenirs d’enfance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :