[notice][/notice]

Ce soir là, on avait décidé de faire du pot au feu. Le premier de notre vie. On se sentait femmes, Camille et moi. Cuisiner un pot au feu à 27 ans, les rebelles de la Life. 

img_4203

On a suivi la recette, à quelques détails près. Couper les légumes… boire une coupette de champagne. Mettre les légumes à cuire… boire une coupette de champagne. Laisser mijoter… finir une deuxième bouteille de champagne. C’est à ce moment qu’on a décidé, ce qui est dit est dit, cochon qui s’en dédie, que le lendemain, on irait au magasin de sport du copain William vêtues en Véronique et Davina des temps modernes. (nan, faut pas chercher midi à 14 heures ou le rapport pot au feu-trip short et string par dessus, nous non plus, on ne se souvient plus.) 

Camille et moi, on n’a jamais été capables de résister à un défi. Même un qu’on se serait lancé nous-même. Même un qu’on se serait lancé nous-même un soir de beuverie. 

D’ailleurs, tout avait commencé comme ça, entre nous. Sur un terrain de volley, une douce soirée de juin 2004, en Dordogne, alors que je venais de faire 8 heures de route toute seule pour devenir animatrice (gommettes) de camping, alors qu’elle avait fait la fête la veille et bossé toute la journée comme jolie voix aux accents chantants de la réception. “Camille Sûnelia Le Moulinal Bonjour !”, c’est comme ça qu’on la reconnaissait.  “Chiche qu’on va faire du volley !” qu’on s’était dit. Cochon qui s’en dédie. On avait fait du volley, puis accosté une petite île en canoë en plein milieu de la nuit, pour sceller le début de l’été et de notre amitié. L’été s’est fini, mais pas notre amitié, ni notre colocation, du mobile home de Dordogne à notre maison de Pessac. 

Et des défis, on en avait relevé un paquet. Même quand on ne marchait plus droit en fin de soirée concert ou karaoké chez Minou, à Monpazier. Même quand il fallait monter sur scène, pour faire du french cancan, pour danser sur Toxic de Britney Spears ou pour pousser la chansonnette sur “j’ai encore rêvé d’elle” (le public rêvait aussi, jusqu’à ce qu’on se retourne, elle avec son oreiller à la place du ventre et moi avec mon maquillage dégoulinant et mes dents noires.) 

britney-spears-coulisses

spectacle-sunelia-moulina-2004

Mais le plus gros défi, je lui ai lancé sous forme d’un bouquet de bonbons, il y a 4 ans. Un bouquet de bonbons de mariée. ” A ton tour ma biche, c’est du gros défi de folie, là.” 

bouquet-mariee-bonbons

Et aujourd’hui, elle le relève, le défi. Va y avoir des rires, va y avoir des larmes, va y avoir des souvenirs qui ressurgissent. Camille se marie. 

Pour l’occasion, j’ai de nouveau revêtu le short et le string par dessus, pour lui faire une petite vidéo nostalgie. 

Parce que oui, le lendemain du pot au feu, Camille et moi, on est arrivées en courant, au magasin de sport de Villeneuve sur Lot, devant les clients médusés, en chantant “toutouyoutou” . Aucun rayon n’a été épargné. On a fait du petit vélo avec les roulettes, de la danse classique aux rayons chaussons de gym, du vélo elliptique… et surtout fait rire autour de nous. 

dordogne-souvenirs

vero-et-davina-2006

Aujourd’hui, je porte donc un toast au pot au feu, aux défis fous, et au bonheur de Camille et Bastien. Et j’attends de voir ce qu’on va pouvoir se lancer comme défi après quelques coupes de champagne !  

2 Commentaires

  • Vlynette 17 septembre 2016 à 14 h 06 min

    J’en pleure !!! De rire et d’émotion.
    Camille, je te souhaite 1000 années de bonheur avec Bastien… et même plus !!! 🙂

    Répondre
  • ellea40ans - Stephanie 17 septembre 2016 à 15 h 45 min

    Je veux la recette du pot au feu au champagne ! J’ai bien rigolé

    Répondre

Répondre à Vlynette Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :