Le point final.

J’écris depuis que j’ai 7 ans.

J’ai toujours, à la maison, le carnet de poèmes que j’avais entamé à l’époque.

J’ai ensuite, vers 12 ans, écrit un conte de fées au sujet d’une princesse qui s’était enfuie de son royaume et avait trouvé refuge chez les quatre saisons.

J’ai commencé un carnet de portraits.

Et j’ai écrit des dizaines de premiers chapitres de romans. Pleine d’idées, ils me semblaient à chaque fois prometteurs. Sauf qu’ils sont tous restés en brouillon. Manque de confiance en ce que j’écrivais, flemme, vie que je laisse prendre le dessus ? Je ne sais pas trop.

Mais cette année, en écrivant ma bucket liste, j’ai écrit : mettre le point final à un roman.

Alors, jeudi dernier, je m’y suis collée. Avec une dead line, sinon, j’allais encore procrastiner. Je me suis armée de courage et d’une bonne cafetière.

Objectif : 10 jours pour écrire un roman. On dirait presque le titre d’un de mes guides, mais non. Je m’étais laissée jusqu’à ce soir, minuit.

En 10 jours, je me doute que ce manuscrit ne sera ni parfaitement, ni complètement abouti. Mais j’avais besoin, pour moi, pour ne pas relire sans cesses les premières pages, d’avancer sans regarder en arrière, et d’aller jusqu’au bout : mettre le point final.

Bien évidemment, pendant ces 10 jours, la vie ne s’est pas mise sur pause. Il a fallu récupérer les enfants à l’école, travailler, aller au rendez vous à la banque et même chez le dentiste.

Mais aujourd’hui, il est 19h50, et j’ai écrit le mot « fin », dans ce fauteuil que je squatte depuis 10 jours.

le point final

J’ai réussi. Je ressens une immense fierté, et les bulles de champagne que mon n’Am a ouvert pour me féliciter. Le N’Am qui a lu le manuscrit, entre le déjeuner et le goûter, et qui a été ému.

Moi aussi, je le suis. J’ai écrit mon premier roman. Je ne sais pas ce qu’il deviendra. Je me laisse une semaine sans plus le regarder, sans plus le toucher, et ensuite, j’aviserai, en lectrice presqu’objective.

Demain, il partira vers le regard de professionnels de l’édition. Qui peut-être le démonteront, le critiqueront… Et je m’en fiche.

Pour moi, ce manuscrit a fait son job. En m’offrant la possibilité d’y mettre un point final, il m’a montré que j’étais capable de le faire.

« Mettre le point final à un roman », checked, sur la bucket liste de Cycyn ! 

13 Commentaires

  • Sandrine 16 septembre 2018 à 19 h 15 min

    Je suis fière de vous !!! Au top !! Bravo et des 2 mains svp !!! Champagne mérité…
    J’écris depuis tellement longtemps sans jamais finir… Comme je suis fan !!

    Répondre
  • Thilloux 16 septembre 2018 à 19 h 29 min

    Félicitations
    Aller jusqu’au bout, persévérer sans rien lâcher, quoi de mieux pour être fière de soi même..
    Un avenir certain s’ouvre à vous, j’en suis certaine

    Répondre
  • Corral Marjorie 16 septembre 2018 à 19 h 37 min

    Je vis exactement la même chose! Depuis toute petite j’ecris… tout le temps! Et puis j’ai écrit deux romans publiés et depuis, je ne fais que des premiers chapitres… sans fin. En ce moment j’ai un projet qui me tient à cœur et mes personnages sont là avec moi, je pense à elles, au fur et à mesure que mon esprit les faconne, elles deviennent un peu mes amies imaginaires…
    mais tout pleins de fausses excuses m’empêchent d’écrire… et là je lis ce bel article qui me donne envie de me mettre un coup de pied au derrière! Alors merci pour cet élan de motivation

    Répondre
  • Chouaf laetitia 16 septembre 2018 à 19 h 42 min

    Fière super fière de toi tu es géniale tu te tiens à ce que tu dis en gérant tout le reste parfaitement bravo j’espère qu’on aura la chance de le lire

    Répondre
  • Lejeune gwenn 16 septembre 2018 à 21 h 25 min

    Félicitations ! J’espère vous lire bientôt !

    Répondre
  • Journal de Guerre d'un Père qui Galère 16 septembre 2018 à 21 h 54 min

    J’en suis à 8 manuscrits, plus par plaisir qu’autre chose. C’est grisant n’est ce pas ?
    Par contre, les maisons d’édition ne démontent pas le manuscrit… Tu auras même de la chance si elles prennent la peine de te répondre, mais il ne faut pas que ça te coupé ton envie d’écrire, elle est libératrice.
    Je te souhaite de réussir à être publiée. Sincèrement.

    Répondre
  • Audrey 17 septembre 2018 à 7 h 10 min

    Si t’as besoin d’une relectrice 😉 bravo en tous cas c’est épatant en dix jours !

    Répondre
  • FAF 17 septembre 2018 à 10 h 53 min

    Après Ginie, y a pas de raison qu’une de mes blogueuses préférées ne réussisse pas aussi un roman, donc hâte de savoir quelle maison d’édition t’éditera (mais alors tu nous le sors un autre mois que mai, style six mois après que l’on ait de quoi se réjouir plusieurs fois dans l’année -ben quoi tu sais bien que les lectrices sont des chieuses lol-).
    Non sérieusement je n’ai aucun doute sur le fait que tu seras, à ton tour publiée.
    Bravo.

    Répondre
  • MamanDe4 17 septembre 2018 à 12 h 43 min

    Bravo ! Ça fait tellement de bien d’arriver au bout d’un projet qui nous est cher !

    Répondre
  • Allychachoo - Famille en chantier 17 septembre 2018 à 13 h 31 min

    Waw. Félicitations !

    Répondre
  • Julie 17 septembre 2018 à 21 h 08 min

    Oh c’est génial! Félicitations !
    Je veux bien le lire si besoin Et j’espère que vous le publierez un jour !
    Encore bravo !

    Répondre
  • Ma bucket list d'avant 40 ans. - Chut ! Maman bavarde ! 40 choses à faire 3 octobre 2018 à 20 h 04 min

    […] l’écriture d’un roman. (au lieu de les commencer et de les abandonner) –> Le point final, check […]

    Répondre
  • Septembre 2018. #larécapbavarde - Chut ! Maman bavarde. 4 octobre 2018 à 13 h 12 min

    […] ai symboliquement déposé le point final et maintenant, j’en suis au stade des vraies corrections. Les premiers avis sont plutôt […]

    Répondre

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :